Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 octobre 2008

Bonheur immédiat

mamieviolette1sexysoldes.jpg

Le bonheur est-il une idée neuve ?

C'est la question que pose la fête du livre de Saint-Etienne qui commence aujourd'hui. Severine est déjà là-bas, avec Mamie Violette dans les rues, comme sur la photo et j'y serai demain avec un appareil photo et un stylo, sur le stand de la librairie L'une et l'autre, ouverte à la fin de l'été par Céline Guilbaud et Marie Marcon. Beaucoup d'auteurs invités, la liste impressionne et Xavier nous dit que c'est un salon pas comme les autres, on verra. Dans la programmation, plusieurs débats ont des questions en guise de titres. Cette vieille attirance pour les points d'interrogation, elle ne s'en va pas alors je recopie les questions de Saint-etienne, elles valent la peine :

bonheur.jpg
  • “Comment poser la question du bonheur aujourd’hui ?”
  • “Le bonheur s’achète-t-il ?”
  • "Punk/New-wave, une quête à contre-courant ?”
  • “Le bonheur est-il possible à l’Est ?”
  • “Peut-on décider le bonheur d’une nation ?”
  • "Couple, famille, amis, le bonheur est-il si proche ?” (avec Aldo Naouri et David Le Breton)
  • “Dis-moi, c’est quoi le bonheur ?” (avec Charles Pépin, Patrick Estrade et Boris Cyrulnik)

A la médiathèque de Saint-Marcellin, près de Grenoble, Madeline participera à un goûter littéraire intitulé "Quoi de neuf dans la littérature jeunesse ?" C'est à 16h30 et encore une question, une vraie question à laquelle tenteront de répondre avec Madeline Lisa Bienvenu, libraire au Marque page à Saint-Marcellin, ainsi que Sandrine Boudry et Christine Couzy, responsables du Relais Assistantes maternelles pour le Pays de Saint-Marcellin.

Encore une question ? La dernière. Combien de kilomètres entre Saint-Etienne et Saint-Marcellin ?

T. 

21 mai 2008

Drôles de lecteurs à Monbazillac

Les éditions Où sont les enfants ? se sont démultipliées ce week-end en prenant part à deux salons simultanés : celui qui se déroulait à Montauban et le festival Drôles de lecteurs, organisé à Monbazillac. Une expérience d'ubiquité riche d'enseignements.

Pour ma part, je vous parlerai du festival Drôles de lecteurs, dont c'était la première édition, organisé par l'association de promotion de la littérature jeunesse Eclats de Lire

1170002532.jpg

 

Un premier essai transformé en coup de maître puisque ce festival s'est déroulé à la perfection dans une ambiance chaleureuse, studieuse et conviviale. Eclats de lire n'avait pourtant pas choisi la facilité en organisant des rencontres et une programmation riches et variées, impliquant de nombreux intervenants d'univers différents.

Le vendredi était consacré aux rencontres avec les écoliers de Bergerac et Monbazillac. Tous les éditeurs, auteurs, illustrateurs invités au festival se sont prêtés au jeu des questions/réponses afin de piquer au vif et de satisfaire la curiosité de ces drôles de lecteurs. Où sont les enfants ? avait axé sa participation autour des photographies de Chrystelle Aguilar, qui a illustré La Nef des fous, Histoire à dormir debout et Amour à gogo. Les interventions se sont déroulées dans des très bonnes conditions grâce au travail préliminaire des enseignants qui avaient fait découvrir les albums à leurs élèves. Ces derniers étaient ravis de découvrir l'exposition des images de Chrystelle et de mieux comprendre comment ces photographies sont créées, prennent place dans l'histoire et finalement dans le livre. Ce fut aussi l'occasion de corriger moult préjugés et fausses idées sur le métier d'éditeur et d'en montrer les attraits et les aventures qu'il permet de vivre.

580907429.JPG

 Atelier de Stéphane Nicolet, illustrateur, membre d'Eclats de lire et organisateur du festival © Monbazillac au jour le jour

 

La journée du samedi était ouverte au public, les enfants traînant leurs parents de stand en stand pour leur montrer et leur expliquer les merveilles découvertes la veille, les parents souvent heureux d'écouter l'enthousiasme de leurs enfants pour des livres, bien que parfois décontenancés par les livres originaux, atypiques qui leur étaient présentés, les éditeurs, auteurs et illustrateurs venant alors à la rescousse des enfants pour raconter leurs livres et leur maison. Des animations variées émaillaient la journée pour le plaisir des petits et des grands : ballade contée avec Dominique Corazza, Photo-conte avec Clémentine Magiera, ronde de roulottes pleines de surprises livresques, clown-dompteur de livres, chorégraphie de danse contemporaine autour des éléments traditionnels du conte, etc ...   

360743211.JPG

 Une roulotte pleine de mystères et de surprises © Monbazillac au jour le jour

1482662597.JPG

 Un dompteur de livres plein d'humour et de poésie qui a bien fait rire les enfants

© Monbazillac au jour le jour

 

Autant de festivités auxquelles j'aurais aimé assister, notammant le photo-conte de Clémentine, mais le public était bien au rendez-vous pour cette première édition et j'étais occupée au stand toute la journée.

1102583279.jpg
102264639.jpg

Le stand Où sont les enfants ? avec l'exposition des photographies de Chrystelle Aguilar

Saurez vous reconnaître la sympathique auteur jeunesse qui feuillette nos albums ? © JML 

Quelle est donc la magie qu'Eclats de lire a su mettre en oeuvre pour faire de ce festival Drôles de lecteurs une réussite pour le public, pour les éditeurs et pour eux-mêmes ? Avant tout, je crois qu'ils ont su développer une vraie coopération avec les autres acteurs du livre de la région : les bibliothèques, les libraires, les enseignants, les conteurs... afin de créer une véritable dynamique locale qui a permis un travail en commun et en profondeur, puis l'affluence d'un public bien sensibilisé en amont. Eclats de lire bénéficie aussi d'un réseau de bénévoles agréables, bien organisés et motivés qui ont su mettre tout le monde à l'aise : les enfants, les parents, les éditeurs, les auteurs et les illustrateurs invités. Enfin, ce festival a su faire la part belle aux festivités et apporter des petits plus pleins de charme qui ont fait la différence.

Merci donc à tous ceux qui étaient là et avec qui j'ai partagé un très très agréable week-end.

Vivement l'année prochaine. 

c. 

07 février 2008

Les enfants de Saint-Paul-les-Trois-Châteaux

288d6bdb2338c476c733d39038776f2f.jpg
Samuel & Ella

Je peux pas m'empêcher. Sur les salons je regarde les enfants, la façon dont ils s'approchent des livres, ce qu'ils racontent en lisant. Pas si souvent, en dehors des écoles où on va, qu'on rencontre des enfants avec un peu de temps pour se parler. Á St Paul ils rigolaient face à l'affiche au rouge à lèvres, ils la montraient du doigt à leurs copains et on pouvait se raconter des blagues. Maintenant j'en suis sûr les enfants aiment cette image. Les bibliothécaires aussi qui ont dévalisé le stock d'affiches. Tant mieux, j'ai toujours su que Laure était une artiste, attentive à parler aux enfants.

4df1f3f1c32c205c785f63071262581b.jpg

02 juin 2007

Les photos de Juliette

cd28bda368078a9ef1cc4674adc080cd.jpg

Vendredi 25 mai, en revenant des Saintes Maries de la mer, on montrait Prénom Camille au salon du livre jeunesse à Agen. Juliette Armagnac, qui en a fait les photos, avait rencontré plusieurs classes avec l'album. Je crois qu'elle se régale en allant, à l'intérieur des écoles, raconter les livres qu'elle peut fabriquer aux enfants.

439126c8962bbda1d09e26e1ed353b55.jpg

Loredana n'a pas 10 ans, elle est venue la veille avec sa mère, elle a voulu Prénom Camille, sa mère ne voulait pas, elle a insisté et vendredi, elle est revenue dire à Juliette qu'elle l'avait lu, qu'elle voulait en voir d'autres, des livres comme ça avec des photos. Je lui ai donné Petite brouette de survie, comme un cadeau, pour qu'elle l'emporte et le lise. Pierre Bertrand passait discuter, raconter ses voyages et ses livres, un peu comme on retrouve un voisin à la fête du village. Loredana a passé l'après-midi à notre table à dessiner, à questionner, à réfléchir aux livres et tout le monde l'a prise pour ma fille. Je ne sais pas pourquoi j'étais tellement content qu'on m'invente d'autres enfants que les miens.

0d9e1ef10195b7d74660b3962ceb43b3.jpg
Dimanche c'était plus sérieux, invité à participer à une table ronde pour la fête du livre de jeunesse de Mostuéjouls, près de Millau. Il y avait Marguerite Tiberti, des éditions du Ricochet, René Turc des éditions Grandir et Où sont les enfants ? en retard, perdu un peu à l'ouest entre les gorges du Tarn et la mairie à l'écart du village. J'étais venu avec la chienne, à l'invitation d'Isabelle Hochart pour raconter le métier d'éditeur. Dans le village les livres étaient montrés dans les ruelles, posés sur des planches au fond des granges et des ateliers, et ça nous ressemblait cette façon simple, au milieu des chiens et des voisins.
TB