Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 juillet 2007

Vitrine d'anniversaire

9093d35696d6133cdbbf104f4484c193.jpg
Vitrine de l'Eau Vive, Avignon, juin 2007 

Où sont les enfants ? a deux ans, deux mois et deux jours... Huit livres en 26 mois, ça donne un livre tous les 99 jours, 99 jours et 99 nuits pour inventer un livre. Demain on part à Arles, à la rencontre des photographes qui s'y rassemblent. On va y croiser Mireille Loup, avec l'envie de voir encore d'autres images, celles auxquelles elle travaille. On a aussi rendez-vous avec de jeunes photographes au sein des Voies off, mais on avait envie de montrer cette image, une image de plein été. C'est la vitrine de la librairie L'eau vive à Avignon, et ça ressemble à une petite fête foraine sur la plage. On dit qu'on fait des livres de saltimbanques, et qu'on en fera d'autres. Parole de romano.

Tout l'été on prendra les photos d'autres albums. Marion et Chrystelle réalisent en Bretagne les photos pour Le jour de la nuit sans lune, un texte de Maryvette Balcou. Séverine Thévenet vient ici faire les photos pour Les lettres qui piquent, un texte de Catherine Leblanc. Et samedi, avec Astrid et Céline qui ont vingt ans à elles deux, Sandrine Bourguignon fera les images de Tout cela, un texte de Magali Turquin pendant que du côté de Saint-Etienne, Elodie Pilon prépare d'autres photos pour Le jour où les mômes s'envoleront et qu'à Agen, Juliette Armagnac continue d'inventer les images d'Alice au pays des merveilles.

Le 16 août, Pollen diffusera nos livres un peu partout, ils seront plus faciles à trouver. On fera moins de paquets, moins de factures et un peu plus de livres aussi peut-être. Pour ça qu'hier j'ai échangé nos huit albums contre une jeune chèvre qui mangera les hautes herbes, les ronces envahissant le jardin derrière la grange aux livres. Besoin de retrouver le hamac pour l'été, de lire les piles de manuscrits qui s'amoncellent au pied des étagères. J'ai rouvert la porte du poulailler, envie aussi d'y voir courrir à nouveau poules et dindons, pintades et canards. La vie risque de devenir presque simple avec des livres, des animaux et des enfants.

TB