Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 juin 2009

Bougies d'anniversaires

ENFINSEULE15RVB.jpg

Samedi prochain, le 27 juin, c'est le premier anniversaire du Family, la librairie jeunesse de La maison du livre, à Rodez. C'est là que travaille Laetitia à qui, je m'en souviens, j'étais allé parler de ce projet de créer une maison d'édition jeunesse pour explorer la photographie dans l'album. Elle avait pris le temps d'écouter, de me montrer quelques albums (J'étais si timide que j'ai mordu la maîtresse, aux 400 coups) et de critiquer les premiers livres d'Où sont les enfants ?

Pour Manu Causse aussi, c'est un lieu important puisqu'il a grandi à Rodez et fréquenté, enfant, La maison du livre. Alors pour ce premier anniversaire, ils seront quelques uns à souffler les bougies autour de Laetitia et son équipe : La luciole masquée, qui publie deux beaux albums chez Karibencyla avec Joël Cimarron , Anaïs Massini qui vient de publier La forêt aux sortilèges chez Milan, un album avec un texte de Kochka qu'on a envie de lire, forcément. Et Olive et moi, un auteur interprète dont Actes Sud vient d'éditer Le stylo à cancre, un album-CD illustré par Elisa Gehin.

Et puis dimanche, le 28 juin, Madeline aura 30 ans et il fera grand soleil.

manucausse.jpg

 

22 avril 2009

Encore "Enfin seule"

enfinseule6.jpgenfinseule7.jpg

 

Enfin seule, pages 6 et 7

 

enfinseule8.jpgenfinseule9.jpg

 

Enfin seule, page 8 et 9

29 mars 2008

L'œil de Simon

561027509.jpg

© Simon Roguet 

« Il est pourtant difficile de faire rêver avec des photographies, écrit Simon Roguet. Bien souvent l’implacable exactitude du regard photographique heurte l’imaginaire et rend difficilement accessible ce type de projet. Avec Litli soliquiétude, Séverine Thevenet et Catherine Leblanc réussissent avec brio ce beau pari. » La suite de l'article est sur le site de M'Lire, la librairie où travaille Simon à Laval.

Simon Roguet est donc libraire, mais photographe aussi alors un jour on a parlé, je m'en souviens, la première fois à Montreuil cet automne. Ses photos aussi je m'en souviens, elles étaient dans un numéro de Citrouille l'an dernier, pour illustrer les chroniques de Madeline Roth. Des photos qui racontent et ajoutaient aux mots de Madeline une errance. Depuis ses photos on les guette, et surtout celles qui mettent en scène des albums à l'intérieur d'un décor. C'est une drôle d'idée, simple et pas du tout habituelle, de raconter encore à partir d'un livre qu'on montre autrement, qu'on montre oublié dans la vie qu'on traverse un peu vite, en regardant pas assez forcément. C'est une idée d'enfant qu'il met en ligne encore ici, sur L'œil de Simon, et qu'il faut aller voir. Parce que les idées d'enfants ne s'incarnent pas si souvent dans la vie des adultes, et que sinon la vie serait moins similaire. 

1157011378.jpg

Ceci n'est pas un éloge mais le plus précieux, je crois, c'est que Simon est aussi un libraire en colère. Quand je portais les premiers albums d'Où sont les enfants? jusqu'aux aux librairies, je rencontrais souvent la colère des libraires, une colère que j'aimais bien, que je partageais une fois sur deux en m'étonnant aussi que cette colère ne s'écrive pas. Pas assez puisque partout elle éclatait. Je ne connaissais pas encore Simon et c'est vrai, je n'avais pas repéré la route qui va jusqu'à Laval loin d'ici. Sur Livres échanges, Simon Roguet raconte ses colères. Par exemple en décembre : « Je m’imagine tout à fait dans la peau d’un lecteur du Monde, je suis le père d’un ado heureux et accompli, je lis cet article. Là évidemment, je m’affole et je lui interdis illico de lire toute cette littérature malsaine. Et je maudis mon libraire qui me l’a conseillée, et je maudis les documentalistes du CDI de mon fils, et je maudis les bibliothécaires de mon village. Tous liés, tous pareils… à promouvoir une littérature dangereuse. Ah mais non j’oubliais… je ne dois pas parler de littérature. La littérature, c’est justement la seule notion qui manque dans cet article du Monde. L’auteur ne s’est pas posée la question qui me semble pourtant au centre de ce que devrait être ce débat. Ces livres sont-ils ou non de bons romans? Sont-ils bien écrits? Où est la littérature dans tout cela? » Et là déjà la signataire de l'article. D'ailleurs tout le monde a déjà oublié son nom, tant mieux. Cette colère-là est importante. Nécessaire. Déterminante pour ce qui vient demain. Allez voir votre libraire, demandez-lui ses colères.

939093591.jpg

© Simon Roguet 

12 octobre 2007

Le jour des bonnes nouvelles

6bbe7f61373fd7407b4ddca95a77a2e4.jpg
Un beau voyage - Photos d'Anne Sol - Texte de Lydia Devos
 
D'accord on tire la langue, on vit pire que des éditeurs albanais - ici on dit bouffeurs de chataignes - on compte chaque sou pour payer imprimeurs et auteurs. Mais les bonnes nouvelles arrivent, nous aident à tenir bon. La première est un projet de livre qu'une photographe nous envoie. En ouvrant le courrier le matin on en pleure. Presque. Les larmes sont là, je les retiens devant Marion, mais la beauté parfois me fait pleurer de joie.
 
3e7e40981ddd4cdb055c7ffe4c2af5d8.jpg
Librairie Flammarion, Beaubourg © Ryuta Amae   

Anne Sol a découvert nos livres à Beaubourg, dans cette librairie en bas remplie de livres d'art. Elle travaillait sur Un beau voyage depuis des mois, butant sur le texte, jusqu'à en demander l'écriture à celle qui fût sa prof de philo au lycée, Lydia Devos. Ensemble elles ont cherché les mots, et inventé un livre peu à peu. Le livre d'un grand voyage, comme ceux qu'accomplissent les enfants dans leurs jeux, sans sortir de leur chambre.

 
a73553bfcd26ed2c453d2c9ca7872b3a.jpg
 
 8h32 - Alice Sidoli & Stéphane Servant
 
Encore une bonne nouvelle ? Celle-là vient de l'Eau vive, qui fête ses 30 ans de librairie jeunesse à Avignon. Malgré les lectures, les rencontres d'auteurs, les expositions autour de cet anniversaire, on reçoit ce message hier matin, juste après Un beau voyage. 8h32 fait partie de la nouvelle liste des ouvrages de littérature jeunesse pour le cycle 2, que vient tout juste d'établir l'Education Nationale. Un livre d'Où sont les enfants ? dans les écoles, Stéphane a du mal à y croire. Les bonnes nouvelles ressemblent parfois plus à des contes qu'à la vraie vie. Mais elles aident à tenir. Tant mieux, avec les chataignes on boira du champagne.

11 octobre 2007

La cabane du dragon

 

33b1fe1cabd03b62a370046ca2c8e976.jpg

 Alice Sidoli - Bibliothèque de rue

La librairie Le dragon Savant est rue de La Villette, tout au nord de Paris. J'y suis allé un jour porter 8h32, il y a longtemps, l'album venait de sortir et je m'étais perdu. Pour Lire en fête, la librairie organise des ateliers pour les enfants. Des trucs incroyables où les gamins du quartier peuvent venir avec leur sac de couchage écouter des histoires toute la nuit. Pour que la littérature vienne abreuver les rêves en profondeur, avec les voix humaines pour raconter. C'est dans la cabane du dragon, juste à côté de la librairie, un lieu pour continuer l'aventure des livres et cette idée, les sacs de couchage au milieu d'une librairie, cette idée depuis dix jours m'émerveille.

Le 20 octobre, à partir de 15h, il y aura un chapiteau à l'espace piéton Fessard, juste derrière l'église Saint Jean Baptiste de Belleville. Alice Sidoli y sera, avec d'autres, pour proposer des ateliers aux gamins qui sortiront de leurs sacs de couchage, et leur montrer 8h32. 

 

05 septembre 2007

Tire-Lire

 

 

8c2c01b9299c287890df45308b5126db.jpg 
 
    A Toulouse, tout le monde connaît la librairie Tire-Lire, librairie Sorcière pas loin derrière la place du Capitole. Surtout ceux qui aiment donner à lire de vrais livres aux enfants, enseignants ou parents, bibliothécaires ou grands-parents. C'est aussi la librairie où j'ai acheté, il y a 18 ans, le premier livre pour mon premier enfant, celui qui aujourd'hui lit Platon, Pierre Guyotat et les présocratiques en écoutant Michel Onfray à la radio. C'est vous dire le chemin qu'on peut faire dans les livres, pourvu qu'on ait un vrai libraire au coin de la rue. Et que c'est à Tire-Lire que Stéphane Servant viendra présenter ses trois premiers livres d'auteur jeunesse. Bien sûr on sera là, et on en profitera aussi pour présenter la maquette de Plastick, l'album qu'on éditera cet hiver avec Stéphane au texte, et Alice Sidoli en complice photographe. Alors rendez-vous au 17 septembre.
 
0635e6451545c24e13312038a9374689.jpg
 Enfant lisant des bandes dessinées dans une rue de New York,
12 octobre 1944.
 
© André Kertész