Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 mars 2010

Les messages des vieilles dames

seve2.JPGEn amont de la Fête du Livre Jeunesse de Villeurbanne 2010, la médiathèque du Tonkin accueille une exposition de Séverine Thévenet, autour de son dernier album, Ma grand-mère dans un corps sage, un livre édité chez La cabane sur le chien, dans lequel Mamie Violette évoque le temps qui passe ; son regard tendre et drôle nous ouvre les yeux sur l'importance de la transmission.

De Mamie Violette, l'auteur dit : Il y a des choses qui ne s'achètent pas et l'importance d'un grand-parent de coeur ou de sang pour un enfant n'a pas de prix. De plus, une des marionnettes de Séverine Thévenet est installée sur le parvis de la médiathèque.
Au fil des jours, les passants sont témoins de sa “résistance” : à la vie au plein air, au monde en mouvement...

Séverine Thévenet viendra à la Fête du Livre Jeunesse de Villeurbanne les samedi 8 et dimanche 9 mai, toujours en compagnie de Mamie Violette, 1,30 m. Toutes les deux, elles déambuleront et iront à la rencontre des gens. Peut-être que Mamie Violette vous écrira un petit mot à vous aussi...

Cette exposition est l'occasion de découvrir l'univers de Séverine Thévenet, avec notamment des illustrations inédites d'un imagier à paraître en 2010, des imprimés de la maquette du livre Ma grand-mère ou l'enfance dans un corps sage, des photographies de son précédent ouvrage Litli, et enfin, un drôle de livre objet intitulé Vie privée d'un banc public.

Sur le blogre, on peut suivre la rencontre de Mamie Violette avec les personnes âgées de la Résidence du Tonkin.

"Au fil du temps", du 9 mars au 3 avril 2010.
Médiathèque du Tonkin, 2 bis promenade du lys orangé, 69 100 Villeurbanne

04 janvier 2010

OK Severine

47525424_p.jpg

Comme toute bonne voyouse qui se respecte, je n'ai jamais aimé noël ou alors peut être au tout debut.

Le jour ou j'ai appris que le père noël n'existait pas, je crois que ma vie a basculé ;)

Un Monde s'effondrait, j'ai commencé par perdre une partie de ma naïveté (heureusement) mais surtout par connaître le sentiment de trahison...

Mais maintenant que je suis grande je ne peux plus noircir le tableau alors avec Yu on en a fait un beau sapin de noël des villes.

J'espère qu'il vous plaira et si un père noel inventé viendrait a visiter cette page alors voici ma liste:

-Une maison pour les enfants perdus et seuls

-moins de colère (en commencant par la mienne)

-plus de respect

-toutes ces choses qui n'arriveront jamais mais qu'on proclame depuis la nuit des temps.

Je vous souhaite une belle fin d'année...

Seve / Severine Thévenet

Volé sur le Journal d'une voyouse, parce qu'on aime bien les voyouses.
De plus en plus.


(Et pour ceux qui ne l'ont pas encore rencontrée, Yu c'est Yumi, une très petite fille, la grande alliée de Severine, jeune enfant au sourire de voyouse.)

4264_84871376763_754766763_1766132_796090_n.jpg
Severine Thevenet, mariographe.

03 septembre 2009

Expos

En septembre, Lucie Pastureau expose à Paris ( VANDERSTEGEN, 1 rue Gustave Goublier, 75010. Vernissage le jeudi 10 septembre, à 18h30) ainsi qu'à Arles, où l'exposition Proche(s) est prolongée à L'atelier du midi. Quant à Séverine Thévenet, elle montrera les photos de Litli soliquiétude à Liège, dans le cadre de l'exposition "Emerveillements" ( Les Brasseurs, rue des brasseurs, 6. Liège. Vernissage le samedi 12 septembre, à 18h)

Carton_web_em.jpg

_____

 

:: how to disappear completely

and never be found ::

---------------------------------------------------------------------------

dorothée smith + lucie pastureau

illustration sonore : Sir Alice

une proposition d’abel llavall-ubach

 

En référence au titre du guide écrit par l’américain Doug Richmond expliquant pas à pas comment réussir un changement d’identité et à celui du morceau aérien du groupe anglais Radiohead, cette exposition rassemble le travail de deux jeunes photographes - Dorothée Smith et Lucie Pastureau - sur le thème de la jeunesse et de la construction identitaire.

Les photos de Lucie Pastureau racontent, sur le registre de l’album de famille, cette période aux frontières floues, entre l’adolescence et l’âge adulte. Les clichés sont pris sur le vif et capturent des instants de partage et d’intimité. On observe, dans la droite lignée de « l’école » de Boston, une esthétique sans calcul ni mise en scène. Seule compte la transmission d’une expérience privée où les sujets se définissent par rapport à leurs pairs.

Aussi, le parti pris esthétique renvoie ces expériences collectives au passé : « and never be found again…. »…. sauf en photos, qui une fois exposées au public, s’octroient une certaine valeur documentaire et rendent compte des codes et des rites initiatiques d’une tranche de vie.

15 juin 2009

Journal d'une voyouse

soupe.jpg

Quand elle écrit un e-mail, Severine signe d'une seule phrase, toujours la même et qui lui ressemble : "N'oublie jamais tes rêves d 'enfant."

Pour avoir de ses nouvelles, mieux vaut aller sur son blog, le journal d'une voyouse.

Et pour ceux qui, comme nous, n'auraient pas la mémoire des dates, c'est demain que Séverine passe par Lune et l'autre, librairie jeunesse à Saint-Etienne.