Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 avril 2008

Litli dans les villes

1450201518.jpg

En avril Litli ira dans les villes. Autant que ses jambes pourront le porter il ira. Avant-hier au Bouscat près de Bordeaux, hier à Bologne en Italie et demain au salon du livre jeunesse à Sucé sur Erdre, près de Nantes. Et puis Litli va aussi dans ces villes où les libraires racontent son périple, comme à Grenoble où Gaëlle, de la librairie La Dérive, raconte sa rencontre avec le petit bonhomme en chemin : " Litli, c'est un album lourd -c'est peut-être fait exprès pour qu'on ne s'envole pas en lisant le texte délicat de Catherine Leblanc?, au beau papier qui sent bon. La couverture est bien épaisse, en carton brut -serait-ce un rappel du caractère sauvage de la nature ? "  Son analyse enthousiaste du livre, on peut la lire sur le blog de Gawou la libraire et rajouter un commentaire au passage, parce qu'apprendre les rencontres de Litli avec ses premiers lecteurs, c'est pour nous forcément passionnant.

Passionnant comme les mots d'Eliabar, libraire elle aussi qui écrit sur son blog Des livres, des filles et un ou deux hippopotames "... c'est un album qui touche, là, juste là, notre âme d'enfant qui a grandi... un peu." Ces mots sont pour Severine qui a porté les images de Litli dans sa besace de saltimbanque, ces mots sont pour Catherine qui a inventé les mots du vrai voyage jusqu'aux confins. Ce sont des mots qui comptent déjà dans l'existence de Litli.

Ailleurs encore - une autre ville, un autre site - il y a les mots de môsieur J, autour de Litli et de 8h32, dans lesquels il reprend le premier entretien paru sur Ricochet. Et justement, justement Ricochet vient de mettre en ligne cet entretien plus récent, paru en novembre dans la lettre de Ricochet. Ricochet est un lieu de mémoire, un lieu où les aventures se racontent au fil des ans. Le chemin de Litli passera aussi par ce site, source d'une mémoire attentive et patiente.

29 mars 2008

L'œil de Simon

561027509.jpg

© Simon Roguet 

« Il est pourtant difficile de faire rêver avec des photographies, écrit Simon Roguet. Bien souvent l’implacable exactitude du regard photographique heurte l’imaginaire et rend difficilement accessible ce type de projet. Avec Litli soliquiétude, Séverine Thevenet et Catherine Leblanc réussissent avec brio ce beau pari. » La suite de l'article est sur le site de M'Lire, la librairie où travaille Simon à Laval.

Simon Roguet est donc libraire, mais photographe aussi alors un jour on a parlé, je m'en souviens, la première fois à Montreuil cet automne. Ses photos aussi je m'en souviens, elles étaient dans un numéro de Citrouille l'an dernier, pour illustrer les chroniques de Madeline Roth. Des photos qui racontent et ajoutaient aux mots de Madeline une errance. Depuis ses photos on les guette, et surtout celles qui mettent en scène des albums à l'intérieur d'un décor. C'est une drôle d'idée, simple et pas du tout habituelle, de raconter encore à partir d'un livre qu'on montre autrement, qu'on montre oublié dans la vie qu'on traverse un peu vite, en regardant pas assez forcément. C'est une idée d'enfant qu'il met en ligne encore ici, sur L'œil de Simon, et qu'il faut aller voir. Parce que les idées d'enfants ne s'incarnent pas si souvent dans la vie des adultes, et que sinon la vie serait moins similaire. 

1157011378.jpg

Ceci n'est pas un éloge mais le plus précieux, je crois, c'est que Simon est aussi un libraire en colère. Quand je portais les premiers albums d'Où sont les enfants? jusqu'aux aux librairies, je rencontrais souvent la colère des libraires, une colère que j'aimais bien, que je partageais une fois sur deux en m'étonnant aussi que cette colère ne s'écrive pas. Pas assez puisque partout elle éclatait. Je ne connaissais pas encore Simon et c'est vrai, je n'avais pas repéré la route qui va jusqu'à Laval loin d'ici. Sur Livres échanges, Simon Roguet raconte ses colères. Par exemple en décembre : « Je m’imagine tout à fait dans la peau d’un lecteur du Monde, je suis le père d’un ado heureux et accompli, je lis cet article. Là évidemment, je m’affole et je lui interdis illico de lire toute cette littérature malsaine. Et je maudis mon libraire qui me l’a conseillée, et je maudis les documentalistes du CDI de mon fils, et je maudis les bibliothécaires de mon village. Tous liés, tous pareils… à promouvoir une littérature dangereuse. Ah mais non j’oubliais… je ne dois pas parler de littérature. La littérature, c’est justement la seule notion qui manque dans cet article du Monde. L’auteur ne s’est pas posée la question qui me semble pourtant au centre de ce que devrait être ce débat. Ces livres sont-ils ou non de bons romans? Sont-ils bien écrits? Où est la littérature dans tout cela? » Et là déjà la signataire de l'article. D'ailleurs tout le monde a déjà oublié son nom, tant mieux. Cette colère-là est importante. Nécessaire. Déterminante pour ce qui vient demain. Allez voir votre libraire, demandez-lui ses colères.

939093591.jpg

© Simon Roguet 

23 novembre 2007

Les plus beaux de tous les livres

2b701180e37ed458f75fca18949bc3e4.jpg
Alice Sidoli - Novembre 2007
 
Cette semaine , Dominique Sampiero, écrivain et directeur d'école maternelle a fait venir "Les Inattendus de la libraire", une libraire vraiment pas comme les autres, pour commander des ouvrages pour son école. Voici ce que raconte la libraire en question :
 
"Ne resistons pas à crier sur tous les toits cette phrase qu'il nous a lancée avec force :

"Je veux que les enfants des 67% de chômeurs de mon école aient les plus beaux de tous les livres."

Nous étions déjà fans de son écriture sans détour et d'une grande générosité.......... nous succombons maintenant sous le charme de cette pensée qui regarde la misère en face et qui ne se donne pas bonne conscience en faisant la charité de quelques miettes aux plus pauvres !!!!
Bien sûr Monsieur Sampiero que nous traquerons les plus beaux livres pour les enfants de votre école !!! Pourquoi les enfants les plus démunis ne pourraient-ils avoir, comme les autres, les mirettes qui brillent en ouvrant des livres qui regorgent de couleur, de poésie, pourquoi ne pourraient-ils engranger des images et des mots de bonheur pour les jours difficiles de leur vie à venir ?.

La librairie "Les Inattendus de la libraire" milite pour que dans chaque foyer, chaque enfant ait reçu au moins 1 livre dans sa vie, offert par son ou ses parents.
Ce livre sera une racine, un radicelle, ancré dans le monde, façonnera une esquisse d'identité, un repère concret porteur de mémoire affective pour l'adolescent ou l'adulte qui ne trouve plus son chemin dans sa galère."

07 novembre 2007

Face aux enfants de Comptines

 
dc5b5dd74fc1e7e91a986da7b241e61b.jpg
Alice au pays des merveilles
Vue de l'expo à la librairie Comptines
 
Non, on ne s'est pas perdus dans Bordeaux, presque pas. Mais la route depuis Vaillac dans le brouillard, c'était interminable. Théo faisait partie du voyage, lui qui nous a aidé à tout préparer, à choisir les branches de chataignier dans la petite île. A l'arrivée, les nouveaux locaux de la librairie Comptines donnent envie de trainer, d'aller fureter dans les livres. Il y a plein de trésors dans les bacs, j'ai bien vu en y cherchant le dernier livre de Sara. Mais il faut accrocher l'expo, vite, on avait rien mangé, le ventre vide et quand Juliette n'a rien mangé, elle s'évanouit. Je commence à la connaître.
83f0ca3833af73f7756b23f7b8eeaf08.jpg
 Marie Buraud, Juliette Armagnac et Tieri Briet
"Comment fait-on un livre avec des photos et des enfants?"
 
A 16h30, heure du goûter, les enfants étaient là. Ils avaient amené des mamans et des grand-mères, parce qu'elles s'ennuient souvent le samedi. On a raconté plein de choses à propos de Prénom Camille, de la façon dont on cherche les photos en jouant avec les enfants, en approchant leur petit monde. Complicité assez proche de celle qui unissait Lewis Carroll avec Alice Liddell, dans les années 1850. On se rend compte que les enfants présents connaissent plutôt bien Alice au pays des merveilles, ce qui permet de parler avec eux des images de Juliette.
c2a6e9edee4c47cdf4642ddb14c9c458.jpg
Bien sûr il y aura des bonbons, des jus de fruits, un vernissage version enfants. On va pas dire qu'on n'aime pas ça. L'occasion de comparer les mille et unes manières d'avaler un rouleau de réglisse, c'est important aussi. Et puis le clip, réalisé par Juliette et Lofi autour des prises de vue d'Alice au pays des merveilles, fait partie de la fête. La bande son, l'écho de voix d'enfants appelant "Alice... Alice..." fabrique une atmosphère étrange à l'intérieur de la librairie.
 
2f0fb18639330843a7ceb2d7ded5ff36.jpg
 

02 novembre 2007

Librairie Comptines

9c5bd36f3e57797f199076ed91116575.jpg
Juliette Armagnac
Illustration pour Alice au pays des merveilles - 2007
 
Faire des livres avec des photos et des enfants - Rencontre avec les éditions Où sont les enfants ?
Samedi 3 novembre 2007 à 16h, à la librairie Comptines
 
f7d1bc8c6c2bd5a3c2372ba10759041f.png

Comptines vous propose une rencontre inédite et insolite avec des artistes engagés dans un travail très original autour de cette question :

Comment fabrique-t-on un livre avec des photos et des enfants ?

• Juliette Armagnac, photographe-illustratice, nous présentera son travail en cours autour du texte d’Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll
• Tieri Briet, auteur et éditeur, nous parlera des éditions Où sont les enfants ?
1790a2261bea3b1b830053e09770e76b.jpg

Ensemble, Juliette Armagnac et Tieri Briet ont publié l'album Prénom Camille, dont vous pouvez retrouver la critique sur le site de Comptines.

La rencontre se clôturera par un partage de bonbons et autres sucreries colorées !

Du 3 au 17 novembre, vous pourrez découvrir un avant-goût de l’album à venir, dans le cadre d’une EXPOSITION des photos de Juliette Armagnac à la librairie.

Télécharger le dossier de presse "Prénom : Camille"

12 octobre 2007

Le jour des bonnes nouvelles

6bbe7f61373fd7407b4ddca95a77a2e4.jpg
Un beau voyage - Photos d'Anne Sol - Texte de Lydia Devos
 
D'accord on tire la langue, on vit pire que des éditeurs albanais - ici on dit bouffeurs de chataignes - on compte chaque sou pour payer imprimeurs et auteurs. Mais les bonnes nouvelles arrivent, nous aident à tenir bon. La première est un projet de livre qu'une photographe nous envoie. En ouvrant le courrier le matin on en pleure. Presque. Les larmes sont là, je les retiens devant Marion, mais la beauté parfois me fait pleurer de joie.
 
3e7e40981ddd4cdb055c7ffe4c2af5d8.jpg
Librairie Flammarion, Beaubourg © Ryuta Amae   

Anne Sol a découvert nos livres à Beaubourg, dans cette librairie en bas remplie de livres d'art. Elle travaillait sur Un beau voyage depuis des mois, butant sur le texte, jusqu'à en demander l'écriture à celle qui fût sa prof de philo au lycée, Lydia Devos. Ensemble elles ont cherché les mots, et inventé un livre peu à peu. Le livre d'un grand voyage, comme ceux qu'accomplissent les enfants dans leurs jeux, sans sortir de leur chambre.

 
a73553bfcd26ed2c453d2c9ca7872b3a.jpg
 
 8h32 - Alice Sidoli & Stéphane Servant
 
Encore une bonne nouvelle ? Celle-là vient de l'Eau vive, qui fête ses 30 ans de librairie jeunesse à Avignon. Malgré les lectures, les rencontres d'auteurs, les expositions autour de cet anniversaire, on reçoit ce message hier matin, juste après Un beau voyage. 8h32 fait partie de la nouvelle liste des ouvrages de littérature jeunesse pour le cycle 2, que vient tout juste d'établir l'Education Nationale. Un livre d'Où sont les enfants ? dans les écoles, Stéphane a du mal à y croire. Les bonnes nouvelles ressemblent parfois plus à des contes qu'à la vraie vie. Mais elles aident à tenir. Tant mieux, avec les chataignes on boira du champagne.

11 octobre 2007

La cabane du dragon

 

33b1fe1cabd03b62a370046ca2c8e976.jpg

 Alice Sidoli - Bibliothèque de rue

La librairie Le dragon Savant est rue de La Villette, tout au nord de Paris. J'y suis allé un jour porter 8h32, il y a longtemps, l'album venait de sortir et je m'étais perdu. Pour Lire en fête, la librairie organise des ateliers pour les enfants. Des trucs incroyables où les gamins du quartier peuvent venir avec leur sac de couchage écouter des histoires toute la nuit. Pour que la littérature vienne abreuver les rêves en profondeur, avec les voix humaines pour raconter. C'est dans la cabane du dragon, juste à côté de la librairie, un lieu pour continuer l'aventure des livres et cette idée, les sacs de couchage au milieu d'une librairie, cette idée depuis dix jours m'émerveille.

Le 20 octobre, à partir de 15h, il y aura un chapiteau à l'espace piéton Fessard, juste derrière l'église Saint Jean Baptiste de Belleville. Alice Sidoli y sera, avec d'autres, pour proposer des ateliers aux gamins qui sortiront de leurs sacs de couchage, et leur montrer 8h32. 

 

05 septembre 2007

Tire-Lire

 

 

8c2c01b9299c287890df45308b5126db.jpg 
 
    A Toulouse, tout le monde connaît la librairie Tire-Lire, librairie Sorcière pas loin derrière la place du Capitole. Surtout ceux qui aiment donner à lire de vrais livres aux enfants, enseignants ou parents, bibliothécaires ou grands-parents. C'est aussi la librairie où j'ai acheté, il y a 18 ans, le premier livre pour mon premier enfant, celui qui aujourd'hui lit Platon, Pierre Guyotat et les présocratiques en écoutant Michel Onfray à la radio. C'est vous dire le chemin qu'on peut faire dans les livres, pourvu qu'on ait un vrai libraire au coin de la rue. Et que c'est à Tire-Lire que Stéphane Servant viendra présenter ses trois premiers livres d'auteur jeunesse. Bien sûr on sera là, et on en profitera aussi pour présenter la maquette de Plastick, l'album qu'on éditera cet hiver avec Stéphane au texte, et Alice Sidoli en complice photographe. Alors rendez-vous au 17 septembre.
 
0635e6451545c24e13312038a9374689.jpg
 Enfant lisant des bandes dessinées dans une rue de New York,
12 octobre 1944.
 
© André Kertész 

20 avril 2007

La Parenthèse à Liège

medium_IMG_3362.JPG

La librairie Parenthèse, vue de l'intérieur.

 

    La Parenthèse, c'est une librairie jeunesse très loin d'ici, à Liège. Elle fait partie des librairies Sorcières et les libraires qui y travaillent sont très coriaces ! Caroline Fevry est l'une d'elles et nous l'avons rencontrée à Bruxelles, lors de la Foire du livre où elle a pris nos albums pour les présenter aux enfants et aux parents de Liège. C'était la première fois que les livres d'Où sont les enfants? avaient l'occasion d'être montrés tout là-bas, et nous voulions savoir quel accueil ils avaient pu y rencontrer. Voici la réponse de Caroline Fevry, qu'elle nous a autorisés à reproduire ici : "Vous me demandez quel écho ont eu les livres d'Où sont les enfants? dans notre librairie. Lorsque nous les avons ramenés de la foire du livre, je les ai présentés à notre équipe lors d'une réunion en expliquant aussi vos démarches. Chantal Cession (la gérante et créatrice du magasin) les a repris chez elle pour les lire et suite à cela, il a été convenu que vos livres feraient désormais partie de notre fonds. Pour l'accueil clientèle, c'est autre chose. Jusqu'à présent lorsque je proposais des livres à nos clients, j'imaginais que je défendais notre fonds, mais aussi mes coups de coeur. Ce qui est vrai, mais mes coups de coeur étaient dirigés vers des albums de littérature jeunesse classique (ex: Mon jour de chance chez L'Ecole des loisirs, Le jardin de Max et Gardénia chez Albin Michel,...). Jamais encore je ne m'étais attachée à quelque chose de "différent". Or aujourd'hui, je me rends compte que la démarche de proposition au public est très différente. Quand je propose des albums de L'Ecole des loisirs, je suis dans le classique, les clients sont peut-être agréablement étonnés devant certaines histoires mais ils restent dans le connu, dans l'attendu (une histoire et des illustrations). Ils ne sont pas habitués à voir intervenir des photos dans les livres d'histoires pour enfants, et du coup ils sont plus frileux ne serait-ce que pour feuilleter les albums. C'est là qu'intervient un vrai travail de défense et d'argumentation. Pour la première fois je me heurte à l'incompréhension et à une sorte de peur devant l'originalité et la nouveauté. Pour le moment, si je présente un de vos livres et un autre plus classique, les clients sont enthousiasmés par les deux sortes mais ils achèteront le classique. Alors il y a aussi les bibliothécaires, elles ne sont pas encore toutes passées, certaines ont acheté mais même elles, je les trouve assez fermées. C'est assez énervant surtout quand on est convaincu. Mais bon, je pense qu'il faudra un temps d'adaptation, les clients finiront par comprendre qu'on ne propose pas une nouveauté parmis tant d'autres. En revenant à la charge, ils verront que ces livres font partie intégrante de notre magasin. Ce qui est frustrant aussi, c'est que nous vendons aux parents qui pensent savoir ce qu'aiment leurs enfants, c'est assez rare que ceux-ci soient présents. Je suis sûre que c'est sur la bonne voie, nous sommes très coriaces, mais en tout cas c'est une sacrée expérience pour moi car vous êtes mon premier véritable combat !!"

23 janvier 2007

Les inattendus de la libraire

medium_HDD.p.2.jpg

(Histoire à dormire debout, p. 2)

C'est une librairie pas comme les autres. On vous en parle parce qu'on vient de la découvrir. Que ça nous intéresse aussi d'en parler.

"Une librairie associative, comme on ne l'attend pas, qui propose ses livres au jardin, devant la cheminée, qui peut se déplacer ; parce que je suis persuadée, qu'il y a d'autres éditeurs, et d'autres livres je propose mon regard..."

Ainsi commence le blog "Les Inattendus de la librairie" que vous pouvez aller consulter à www.lesinattendusdelalibraire.over-blog.com

Hier matin, de retour de tempête, on y lisait ceci :

Une littérature qui ne baisse pas les yeux

Ce matin L'Abbé Pierre est mort, mais il n'a pas disparu de notre environnement , les sans-logis le prouvent au quotidien. Son combat commencé, acharnons nous à le continuer, chacun à sa façon, chacun avec les modestes armes qu'il s'est créées.
Des livres , en prise directe avec une réalité brutale.
Un premier roman "dit de littérature jeunesse" , à partir de 9 ans, selon les indications de l'éditeur.

CLOCHE
Clotilde Bernos - Editions Jasmin
extrait de la 4° de couverture :
"je trouve profondément triste, oui, profondément triste qu'il puisse exister des personnes aussi démunies que Cloche. Avoir une malchance pareille ........Il y a tant de gens puissants sur la terre, alors comment n'ont -ils pas résolu ce problème essentiel......

Le deuxième album (qui ne vous caressera pas dans le sens du poil!)
HISTOIRE A DORMIR DEBOUT
Maryvette Balcou - Christelle Aguilar - Groupe Z
Editions où sont les enfants ?
Des photos qui ne baissent pas les yeux !!!!!! de véritables tableaux, des mises en scène sans concession, d'une réalité criante et l'approche poétique chantante qui sait prendre de la distance avec la misère sans pour autant la laver.
Extraits: "J'ai sept ans. Je fais partie des enfants de la planète qui dorment debout..... Fernando, pourquoi mes nuits n'ont pas la même couleur que les tiennes? parceque tu dors dans la rue ....... Fernando, tu crois qu'un jour mes nuits pourront changer de couleur?......"


Inutile de raconter combien ça fait plaisir...
Sur le blog on trouve aussi l'info suivante :
"Les Inattendus de la libraire en balade
Dimanche 28 Janvier 2007
"Les Inattendus de la libraire présentera ses ouvrages et vous en parlera (si vous le lui demandez) à Dourlers Nord, à la 1° bourse aux livres organisée par l'école Galilée, à la salle des fêtes. Nous accorderons une place particulière à "Histoire à dormir debout" et "Cloche"; ce sera notre humble hommage à l'Abbé Pierre."

Merci la libraire, en attendant de la rencontrer vite.