Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 février 2009

Focale

orlédec08hd019.jpg

Photographie de Lucie Pastureau pour Septième

Inventer des livres prend du temps. Parfois cela dévore les journées tout autour, et puis cela déforme jusqu'au regard. A force on lit, on dévisage, on pense l'amour et les paysages en format 14 X 20, et puis on apprend à attendre. On garde en tête le très beau texte de Jean-François Manier, de Cheyne éditeur, qu'on a même affiché sur un mur, en guise d'espoir :

« Le livre est un tel enjeu qu'il exige d'autres critères de valeur que sa seule vitesse de rotation. Et je crois même que son irremplaçable richesse tient à ses lenteurs, à ses pesanteurs. Ce sont ces contraintes qui font du livre cette liberté qui dure. Oui il faut un autre temps pour le livre: un temps pour l'écrivain face à son oeuvre, pour l'artisan face aux papiers, aux encres, un temps aussi pour le bibliothécaire en ses choix, le libraire en son commerce, comme pour le lecteur en son plaisir. »

Où sont les enfants ? réfléchit depuis deux ans à une collection de romans pour adolescents, avec des photos évidemment, puisque tel est l'enjeu, le rêve, le cap qui nous donne en vie. Pas des romans photos, non, l'appelation serait trompeuse. Peu à peu on a aussi forgé ce mot, Photolittérature. Et pour cette collection, FOCALE, des romans qui donneraient à lire et à voir l'adolescence, dans ce qu'elle a d'intense, de précieux, de fragile et d'unique.

Et puis un jour d'été on découvre le travail de
Lucie Pastureau. Et l'adolescence est là, évidente, flagrante, immensément touchante et palpable, le grain des peaux, les nuits d'hiver et les zones franches.

Lucie Pastureau fabrique depuis l'automne des images à partir du texte Septième, un roman de Madeline Roth qu'on lui a donné très vite après cette première rencontre. La démarche inverse aurait consisté à trouver le texte à partir de l'univers d'un photographe, mais ici, l'enjeu pour Où sont les enfants ? était de faire correspondre deux univers, l'un se disant par la langue et l'autre par les images, de faire qu'ils se fécondent pour assembler leurs différences en un seul livre. C'est la première image visible de Septième, l'un des deux premiers livres à paraître pour commencer la collection FOCALE.

21 janvier 2009

De la naissance à toujours

Il y avait de la neige sur les pentes du Ventoux. On a traversé L'argentelle et la Combe-Tourmente - et à l'arrivée, c'était presque Beaubourg. La médiathèque de L'Horme domine la vallée comme une cabane perchée dans des arbres de fer, et si l'on vient la nuit, il paraît que les panneaux de sortie brillent au-dehors, au cas où les livres voudraient s'enfuir.

On venait porter Litli et marcher encore dans ses pas, creuser un peu plus le voyage de ce bout d'homme pour le prix Couleurs du monde. Il y avait une pile de livres sur les tables, et tu faisais ce geste d'ouvrir et de les poser debouts, face aux autres. Et puis tes premiers mots c'était le sésame qui ouvrait toutes les portes de tous les livres du monde. Parce que tu as parlé d'amour. Celui qui transforme des rêves en livres. Tu as raconté la naissance de Litli, les heures à imaginer, les mots à découper, l'idée qui vient à la fin d'une journée, les allers-retours de l'imprimeur au relieur, les enfants qui dorment avec sous l'oreiller.

24716257.jpg
 

Il y avait tant de regards que je ne savais pas où regarder. Tant de questions dans les silences jusqu'aux mots hésitants qui demandent "c'est un livre pour quel âge ?". C'est ma question favorite. Quelqu'un a très bien répondu pour toi. Elle a dit "pour moi Litli c'est de la naissance à toujours". Je n'avais pas de carnet blanc où poser à la hâte tous les mots que j'avais pris au vol, mais cette phrase-là je l'ai retenue. Merci bien. On s'en resservira.

On n'arrivait pas à partir. Tu avais les dix livres empilés dans tes bras. Dix questions - ils sont là.
Sur la route du retour, un pendule aux yeux noirs tournait sur toi qui dort. La radio débattait des utopies. Le meilleur des mondes impossibles. Un peu plus tôt, quelqu'un avait remarqué que des dix livres édités, Litli était le seul sans photographies d'enfant dedans. Elle avait les cheveux courts, Le Parapluie Vert et ça t'apprendra à vivre dans son sac. Elle a dit mais si. Mais si. Y'a un enfant dans Litli.

m.

16 janvier 2009

Deux autres photographies de Maïa Roger

maiaRoger10.jpg
Pour le plaisir des fascinations partagées.
maïaRoger15.jpg
Et sur le site de la Dorothy's Gallery, à Paris, où Maïa Roger participait à l'exposition Fables contemporaines, en compagnie de Katrin Vierkant et Valentine Fournier  : Maïa Roger travaille sur la fiction, sous forme de mises en scène, d'amorces de récits fantastiques, d'histoires inventées.
Son travail évoque l'univers du conte, galerie de personnages extravagants, monstrueux, drôles, mystérieux dans un décor rural où se nouent des intrigues énigmatiques.

13 janvier 2009

Les photographies de Maïa Roger

maiaRoger5.jpg

Les photographies de Maïa Roger étaient affichées depuis longtemps au mur de la grange aux livres, derrière la rue à Vaillac. Au dessus de la photocopieuse et tout près du téléphone, si bien que je pouvais les scruter plusieurs fois par jour en parlant d'autre chose. Elles faisaient partie des quelques images que j'avais fini par connaître par coeur, petit morceau de mémoire autour duquel la rêverie peut embrayer sans forcer. Chacune des mises en scène de Maïa Roger convoque le monde confus des contes, là où les animaux peuvent parler à leur tour, accrocher aussi des rideaux aux fenêtres du terrier, parler d'amour comme on parle du beau temps, allongés dans l'herbe des pentes à l'automne.

Ce sont des images qui ont le pouvoir de raconter tout en renouant avec une amitié instinctive pour les présences animales, une amitié propre à l'enfance et qui s'en ira vite, plus tard, dans l'apprentissage du monde adulte où les animaux se verront relégués à l'écart. C'est cette enfance amicale, intriguée, instinctive que Maïa Roger parvient à approcher en images, et cela provoque une fascination qui ne se défait pas, se creuse à chaque nouvelle prise de vue.

maiaRoger13.jpg

Pour voir l'ensemble du travail de Maïa Roger, c'est ici et ça vaut la peine. En page d'accueil il est écrit STORIES puis Chapter 1- regardez les deux mains animales qui s'emparent - Chapter 2 - approchez les juments, la nuit va tomber -  Chapter 3 - c'est l'amitié de l'ours comme un apprentissage, trois chapitres et c'est tout, tout le mystère d'une narration photographique qui se déploie. Faites le tour, n'hésitez pas. Il y a de la beauté à l'état brut, c'est-à-dire l'inquiétante étrangeté qu'on a piégée en photos. Et en échange, vous nous direz si la fascination se partage ?

maiaRoger22.jpg

 

09 janvier 2009

Rencontre aux Couleurs du monde

couleursdumonde.jpg

Isabelle Blanchard est conseillère d'éducation populaire et de jeunesse dans la Loire. A la fête du livre de Saint-Etienne, qui interrogeait l'idée du bonheur en octobre, c'est elle qui est venue annoncer la bonne nouvelle à Severine : Litli soliquiétude faisait partie de la sélection du prix Couleurs du monde. Et quand elle racontait, on devinait oui combien elle avait pu défendre Litli : 8 albums avaient été choisis à partir du thème de cette année, «  D’un lieu de vie à l’autre ». On ne sait pas si Isabelle B. parle de chacun des 8 livres avec la même émotion, mais à l'écouter raconter sa rencontre avec  Litli, on réalise un peu mieux ce que le petit personnage déclenche d'attachement chez certains lecteurs, au point que des enfants s'endorment avec le livre glissé sous l'oreiller, comme un doudou dans le noir, un talisman pour éloigner les cauchemars.

Alors ce jeudi 15 janvier, nous rencontrerons des animateurs et des bibliothécaires de la Loire pour raconter l'histoire de ce livre, le premier de la collection En chemin et puis d'autres livres à venir, Les lettres qui piquent, La classe de Madame Lampion, L'avenir ou Mamie Violette, autant de livres qu'on prépare avec Catherine Leblanc ou Severine Thevenet. La rencontre aura lieu à la médiathèque de L'Horme, près de Saint-Etienne à 14h. La neige n'est pas un obstacle, rien qu'une mutation accélérée du paysage, comme un principe de dépaysement. On apportera des images, des fragments de textes et les premières double-pages, promis. Curieux d'autres regards, soucieux de l'enfance et de cette idée si précieuse à force d'être reniée par les vieux ministères : L'éducation populaire. Parce que le peuple des enfants est maintenant en chemin, on l'a vu à Athènes, dans l'attente de demain au plus vite.

06 janvier 2009

L'échelle et l'olivier

Le 3 janvier, on a reçu d'une amie cette image, bricolée à partir d'une photographie de Severine Thevenet. Le 3 janvier, on lisait les mots suivants dans un livre recouvert du bleu du ciel.

cartem.jpg

"Ce que je croyais impossible arrive, ce que j'avais prévu n'arrive pas. Ceux que je croyais immuables ne sont plus là. Les sirènes ont regagné les hauts-fonds. Les pirates dérivent sur leurs bateaux fantômes.

(...) Je porte un poème comme un enfant qui n'est pas né. Il attend sans paroles mais en mouvement. Il remue le jour lentement et j'ignore qui il est.

Je ne veux pas te parler de grandes choses, je veux te parler seulement de ce qui est presque invisible. Des respirations, des instants dont la lumière brille secrètement sans jamais se corrompre. Le soleil miroite à la surface des vagues. Les enfants courent sur la plage. Leurs rires, leurs voix, leurs appels traversent l'air. On entend l'eau, l'espace et le temps infini qui se déploient dans leurs cris.

Cela nous fait vivre, même si on l'ignore."

(Catherine Leblanc, Fragments de bleu, Oslo éditions)

________

Alors voilà les voeux qu'on envoie cette année, des étoiles, des échelles, des enfants et de l'invisible. Tout ça dans des livres, ouverts.

m.

11 décembre 2008

Enseignants en résistance pédagogique

p1010012_jpgmid.jpgLe collectif des enseignants en résistance est aujourd'hui fédéré par un blog : Résistance pédagogique pour l'avenir de l'école. C'est aux parents, aujourd'hui, de soutenir ces initiatives. Un mouvement s'organise, dont on peut suivre les avancées et les débats sur ce blog. Bien sûr il y a urgence, mais il n'est pas trop tard :

" La résistance pédagogique est un choix clair, assumé, responsable. "

On y trouvera notamment le texte d' Hendatho, "La désobéissance civile, une radicalité constructive", qui dénombre sept principes essentiels et capables de donner une cohérence éthique et une efficacité politique à cette notion parfois floue de désobéissance civile, initiée par Henry David Thoreau en 1849, lorsqu'il refusa de payer une taxe destinée à financer la guerre que les Etats-Unis déclarèrent au Mexique. En conclusion du texte d'Hendatho, cette évidence utile à méditer :

" La désobéissance civile, en tant que "radicalité constructive" bien comprise, ne s'oppose pas à la démocratie, mais vise à la renforcer en structurant efficacement les nécessaires contre-pouvoirs citoyens. "

Sur le blog un forum, des pétitions permettent d'apporter un soutien à ces enseignants qui, de façon individuelle ou collective maintenant, ont eu le courage de refuser d'appliquer des réformes qu'ils jugeaient avant tout destructrices.

25 novembre 2008

A la Soupe de l'Espace

sev2soupe.jpg
Après Contrebandes à Toulon, l'exposition des photos originales de Litli Soliquiétude est accrochée, depuis le 15 novembre, à la librairie La Soupe de l'espace, à Hyères, une toute nouvelle librairie dont c'était la première exposition.
Et Severine, qui n'a pas peur des voyages, a fait le périple depuis Bruxelles pour y dédicacer ses livres,  raconter avec ses mots et son sourire l'aventure des prises de vues en Islande, juste avant de repartir en famille pour le Japon, puis de passer par Lyon où elle animera un atelier à la librairie A titre d'aile, le 13 décembre.

22 octobre 2008

« Quatre heures ! ils ne sont pas venus goûter ! Où sont les enfants ?... »

JGoldberg.jpg
© Jim Goldberg, Polaroïds

« Où sont les enfants ? » Elle surgissait, essoufflée par sa quête constante de mère-chienne trop tendre, tête levée et flairant le vent. Ses bras emmanchés de toile blanche disaient qu'elle venait de pétrir la pâte à galette, ou le pudding saucé d'un brûlant velours de rhum et de confitures. Un grand tablier bleu la ceignait si elle avait lavé la havanaise, et quelquefois elle agitait un étendard de papier jaune craquant, le papier de la boucherie ; c'est qu'elle espérait rassembler, en même temps que ses enfants égaillés, ses chattes vagabondes, affamées de viande crue...

Au cri traditionnel s'ajoutait, sur le même ton d'urgence et de supplication, le rappel de l'heure : « Quatre heures ! ils ne sont pas venus goûter ! Où sont les enfants ?... » « Six heures et demie ! Rentreront-ils dîner ? Où sont les enfants ?... » La jolie voix, et comme je pleurerais de plaisir à l'entendre... Notre seul péché, notre méfait unique était le silence, et une sorte d'évanouissement ; miraculeux. Pour des desseins innocents, pour une liberté qu'on ne nous refusait pas, nous sautions la grille, quittions les chaussures, empruntant pour le retour une échelle inutile, le mur bas d'un voisin. Le flair subtil de la mère inquiète découvrait sur nous l'ail sauvage d'un ravin lointain ou la menthe des marais masqués d'herbe. La poche mouillée d'un des garçons cachait le caleçon qu'il avait emporté aux étangs fiévreux, et la « petite », fendue au genou, pelée au coude, saignait tranquillement sous des emplâtres de toiles d'araignée et de poivre moulu, liés d'herbes rubanées...

Colette. Où sont les enfants ? La maison de Claudine

8h32 à Millas

Scan 8h32.jpgEn collaboration avec 5 bibliothèques municipales, la Médiathèque Départementale «Claude Simon» des Pyrénées-Orientales, organise du 12 au 18 novembre 2008 une animation commune autour d'un jeune auteur, Stéphane Servant, d'une jeune photographe, Alice Sidoli, et d'une petite maison d'édition Jeunesse « Où sont les enfants ? ». Au programme : des rencontres avec les classes en bibliothèques, des rencontres tout public en bibliothèques, des dédicaces, une journée de formation, une exposition, des lectures...

Jeudi 25 Septembre, deux classes de CE2 de l'Ecole Primaire de Millas ont pu participer à un atelier photo numérique organisé par la Médiathèque de Millas et animé par Gérard Maincent du Photo Club de Millas et correspondant local à l'Indépendant. Cette séance se poursuivra par un atelier de photomontage le Mardi 14 Octobre. L'objectif : réaliser une exposition autour de l'album 8h32 qui sera présentée à la Médiathèque de Millas le Jeudi 13 Novembre à l'occasion de la rencontre des deux classes avec les auteurs Stéphane Servant et Alice Sidoli.

A lire aussi sur 24h Actus, toute l'actualité de Millas vue par Gérard Maincent, correspondant du journal L'indépendant.