Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 juin 2009

Bougies d'anniversaires

ENFINSEULE15RVB.jpg

Samedi prochain, le 27 juin, c'est le premier anniversaire du Family, la librairie jeunesse de La maison du livre, à Rodez. C'est là que travaille Laetitia à qui, je m'en souviens, j'étais allé parler de ce projet de créer une maison d'édition jeunesse pour explorer la photographie dans l'album. Elle avait pris le temps d'écouter, de me montrer quelques albums (J'étais si timide que j'ai mordu la maîtresse, aux 400 coups) et de critiquer les premiers livres d'Où sont les enfants ?

Pour Manu Causse aussi, c'est un lieu important puisqu'il a grandi à Rodez et fréquenté, enfant, La maison du livre. Alors pour ce premier anniversaire, ils seront quelques uns à souffler les bougies autour de Laetitia et son équipe : La luciole masquée, qui publie deux beaux albums chez Karibencyla avec Joël Cimarron , Anaïs Massini qui vient de publier La forêt aux sortilèges chez Milan, un album avec un texte de Kochka qu'on a envie de lire, forcément. Et Olive et moi, un auteur interprète dont Actes Sud vient d'éditer Le stylo à cancre, un album-CD illustré par Elisa Gehin.

Et puis dimanche, le 28 juin, Madeline aura 30 ans et il fera grand soleil.

manucausse.jpg

 

16 juin 2009

En revenant de l'imprimerie

110609imprimerie 012.JPG
Journées d'imprimerie pour l'impression de Nocturnes ou les garçons perdus. Au pied des machines, le but est de trouver le bleu du ciel, celui des ciels de Mireille Loup.
110609imprimerie 009.JPG


Et entre deux réglages, on lisait parfois quelques lignes du livre très étrange d'Anne Enright, Retrouvailles,
dont la couverture est illustrée par Mireille Loup.

110609imprimerie 011.JPG

Et ce jour-là à l'imprimerie, ce jour long et lent et tout près du bonheur de toucher quelque chose, il y avait aussi ce livre de Serge Pey, La langue des chiens, avec cette phrase : "L'écho est l'arme des enfants". Il y a, souvent, de drôles de résonnances entre les livres qu'on fait et les vies qu'on mène.



10 juin 2009

Les enfants et les mamies voyagent

Les photos de Litli voyagent ces derniers jours, d'Angoulème à Arles, d'Arles à Saint-Etienne, de Saint-Etienne à L'Horme. Et mardi 16 juin à 16 h 30, Severine Thevenet dédicacera Litli à la librairie Lune et L'autre, à Saint-Etienne.

litli 16.jpg



Quant à Mamie Violette, elle voyage aussi...
En avril dernier, on la croisait sur le marché d'Apt, en plein salon du livre.

DSCF4439.jpg



 

DSCF4442.jpg

DSCF4449.jpg

© Marie-Georges Picard

15 mai 2009

Le prochain livre



1eredecouveEnfinseule.jpg


Le prochain livre d'Où sont les enfants ? est bouclé, enfin prêt à sortir. Laure Duchaussoy, qui avait déjà travaillé avec Laure Bex à la mise en page de Litli Soliquiétude, en a conçu la maquette l'an dernier. Les pages du livre racontent l'aventure d'une enfant dans les arbres, avec les mots de Manu Causse et les photographies de Juliette Armagnac, qui avait déjà réalisé les vertiges et les images de Prénom Camille. Et je crois que c'est la première fois qu'on montre la couverture.

maquette(2)24 copie.jpg
Enfin seule, pages 23 et 24

14 mai 2009

Loin d'Arles

 

correctionfinale.jpg

C'est la deuxième édition. Les drôles de lecteurs de Monbazillac, c'est vendredi et samedi, très loin d'Arles mais on y va. L'an dernier Caroline était revenue emballée : L'équipe qui invente ces journées comme une fête avait réussi son coup d'essai.

Quant à Mamie Violette elle sera samedi au salon du Goût de lire, à Apt. Severine Thevenet y dirigera un atelier le matin, avant de promener Mamie Violette l'après-midi au milieu des enfants. Parce qu'elle a des choses à leur dire, aux enfants.

mamie violette.jpg

22 avril 2009

Encore "Enfin seule"

enfinseule6.jpgenfinseule7.jpg

 

Enfin seule, pages 6 et 7

 

enfinseule8.jpgenfinseule9.jpg

 

Enfin seule, page 8 et 9

21 avril 2009

Enfin seule

enfinseulervb2.jpgenfinseulep3rvb.jpg

Chahu-Bohu est une collection qui existe depuis le tout début, depuis qu'on s'imaginait Disparue comme un premier  livre, presque un manifeste à nos yeux, avec dans ses images l'intensité et la présence que la photographie pouvait promettre.

Durant ces trois années d'édition, Chahu-Bohu est resté au centre du projet d'Où sont les enfants ?, regroupant à elle seule 7 des 10 albums parus :

Histoire à dormir debout,
Petite brouette de survie,
Amour à gogo,
Melle Zazie et les femmes nues,
8h32
Prénom Camille.

C'est aussi une collection qui incarne complètement cette utopie tenace et multicolore, une utopie de mots et de papiers qui nous pousse à continuer, obstinés et patients, attentifs à ce qui dans l'enfance demeure irréductible. Inventer des livres comme les enfants s'imaginent d'autres vies dans leurs jeux, des vies qui donnent envie et ne renoncent à rien.

Dans les cartons du déménagement dormaient d'autres albums qui incarnaient l'esprit Chahu-Bohu. Enfin seule est le premier de ceux-là, qui paraîtra au mois de mai. Né d'un texte de Manu Causse et des images de Juliette Armagnac, dans la complicité d'une petite fille qui joue à l'acrobate alpiniste, qui escalade les arbres comme on explore une maison de la cave au grenier, avec dans le regard et la voix la certitude qu'une aventure se joue entre les branches.

Comme d'autres livres de Chahu-Bohu, Enfin seule capture et restitue un monde qu'un enfant porte et partage. Les tatouages du petit garçon voyageur de Petite brouette de survie, le jardin imaginaire de Camille dans Prénom Camille, ce sont des univers propres à l'enfance et qui donnent aux enfants-comédiens, à Wanny pour Enfin seule, ce statut de complices et de créateurs à part entière, co-auteurs d'un livre où les enfants lecteurs reconnaîtront beaucoup d'eux-mêmes.

enfinseulervbp4.jpg
enfinseulep5rvb.jpg

12 mars 2009

Nocturnes ou les garçons perdus

2_pierres.jpg
© Mireille Loup, Pierres, Esquives

Il faut des choses qui donnent la force.
Des mots et des images, n'importe où dans les livres, dans les rêves et sur les peaux dans la rue, dans la couleur broyée des tableaux qui traverse les siècles.

Je crois qu' Où sont les enfants ? tient debout avec des rêves qui ne s'en iront pas. Au printemps paraîtra ce livre qu'on rêve depuis presque deux ans, Nocturnes ou les garçons perdus. Lorsqu'on a découvert 
Nocturnes, la série des premières photos, il y avait presque un livre sous nos yeux. Ne restait qu'à le faire. Ça y est. Je crois que Mireille Loup, dans son travail, a réussi précisément ce que l'on cherche, ce que l'on traque avec passion : raconter en aventures. Raconter avec le matériau des rêves.

Pour devenir grand, prendre un tapis volant, sept mots magiques et dix-huit détails d’amour. Mélanger longtemps.

0_sansTitre1.jpg
© Mireille Loup

« Chaque soir, la maman de Nicéphore l’aide à mettre un pyjama. Celui qu’il préfère est en velours de coton. C’est vraiment le plus doux. Chaque soir, Nicéphore court jusque dans son lit. Sa maman vient le recouvrir de la couette. Elle lui cale son doudou au creux de l’épaule, une vachette noir et blanc avec un petit ruban autour du cou. Elle leur donne à chacun un baiser. Ses lèvres sont aussi lisses que des quartiers de mandarine. Ensuite, elle sort de la chambre en prononçant sept mots. Elle dit qu’en les mettant bout à bout et dans l’ordre ces mots forment une phrase magique : « Rêve de grandes aventures, mon bel enfant. »

(…) Et chaque soir en s’endormant, Nicéphore s’imagine le grand frère qu’il n’a jamais eu. »


3_sansTitre4.jpg
© Mireille Loup

Nocturnes ou les garçons perdus sera le deuxième livre, après Litli Soliquiétude, de la collection En chemin. Toilé de bleu, imprimé et relié par des artisans plutôt que des industriels, le livre raconte une aventure à travers une autre nuit où le bleu a redoublé d'intensité. De la ville aux forêts, des désirs aux frayeurs, Mireille Loup a creusé la couleur bleue avec l'absolue liberté que portent encore certains regards d'enfant. Cela donne à voir une oeuvre de photographe, mais également un travail d'écrivain capable d'explorer l'enfance et son langage.


Il faudra parler de Nocturnes, encore et souvent, pour essayer de raconter l'invention de ce livre, et l'exploration d'une artiste qui a trouvé l'accès oublié aux images de l'enfance.  

odalisque.jpg

© Mireille Loup. Mem (Mémoire morte) - Odalisque, diptyque

22 octobre 2008

8h32 à Millas

Scan 8h32.jpgEn collaboration avec 5 bibliothèques municipales, la Médiathèque Départementale «Claude Simon» des Pyrénées-Orientales, organise du 12 au 18 novembre 2008 une animation commune autour d'un jeune auteur, Stéphane Servant, d'une jeune photographe, Alice Sidoli, et d'une petite maison d'édition Jeunesse « Où sont les enfants ? ». Au programme : des rencontres avec les classes en bibliothèques, des rencontres tout public en bibliothèques, des dédicaces, une journée de formation, une exposition, des lectures...

Jeudi 25 Septembre, deux classes de CE2 de l'Ecole Primaire de Millas ont pu participer à un atelier photo numérique organisé par la Médiathèque de Millas et animé par Gérard Maincent du Photo Club de Millas et correspondant local à l'Indépendant. Cette séance se poursuivra par un atelier de photomontage le Mardi 14 Octobre. L'objectif : réaliser une exposition autour de l'album 8h32 qui sera présentée à la Médiathèque de Millas le Jeudi 13 Novembre à l'occasion de la rencontre des deux classes avec les auteurs Stéphane Servant et Alice Sidoli.

A lire aussi sur 24h Actus, toute l'actualité de Millas vue par Gérard Maincent, correspondant du journal L'indépendant.

17 octobre 2008

Bonheur immédiat

mamieviolette1sexysoldes.jpg

Le bonheur est-il une idée neuve ?

C'est la question que pose la fête du livre de Saint-Etienne qui commence aujourd'hui. Severine est déjà là-bas, avec Mamie Violette dans les rues, comme sur la photo et j'y serai demain avec un appareil photo et un stylo, sur le stand de la librairie L'une et l'autre, ouverte à la fin de l'été par Céline Guilbaud et Marie Marcon. Beaucoup d'auteurs invités, la liste impressionne et Xavier nous dit que c'est un salon pas comme les autres, on verra. Dans la programmation, plusieurs débats ont des questions en guise de titres. Cette vieille attirance pour les points d'interrogation, elle ne s'en va pas alors je recopie les questions de Saint-etienne, elles valent la peine :

bonheur.jpg
  • “Comment poser la question du bonheur aujourd’hui ?”
  • “Le bonheur s’achète-t-il ?”
  • "Punk/New-wave, une quête à contre-courant ?”
  • “Le bonheur est-il possible à l’Est ?”
  • “Peut-on décider le bonheur d’une nation ?”
  • "Couple, famille, amis, le bonheur est-il si proche ?” (avec Aldo Naouri et David Le Breton)
  • “Dis-moi, c’est quoi le bonheur ?” (avec Charles Pépin, Patrick Estrade et Boris Cyrulnik)

A la médiathèque de Saint-Marcellin, près de Grenoble, Madeline participera à un goûter littéraire intitulé "Quoi de neuf dans la littérature jeunesse ?" C'est à 16h30 et encore une question, une vraie question à laquelle tenteront de répondre avec Madeline Lisa Bienvenu, libraire au Marque page à Saint-Marcellin, ainsi que Sandrine Boudry et Christine Couzy, responsables du Relais Assistantes maternelles pour le Pays de Saint-Marcellin.

Encore une question ? La dernière. Combien de kilomètres entre Saint-Etienne et Saint-Marcellin ?

T.