Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 janvier 2009

De la naissance à toujours

Il y avait de la neige sur les pentes du Ventoux. On a traversé L'argentelle et la Combe-Tourmente - et à l'arrivée, c'était presque Beaubourg. La médiathèque de L'Horme domine la vallée comme une cabane perchée dans des arbres de fer, et si l'on vient la nuit, il paraît que les panneaux de sortie brillent au-dehors, au cas où les livres voudraient s'enfuir.

On venait porter Litli et marcher encore dans ses pas, creuser un peu plus le voyage de ce bout d'homme pour le prix Couleurs du monde. Il y avait une pile de livres sur les tables, et tu faisais ce geste d'ouvrir et de les poser debouts, face aux autres. Et puis tes premiers mots c'était le sésame qui ouvrait toutes les portes de tous les livres du monde. Parce que tu as parlé d'amour. Celui qui transforme des rêves en livres. Tu as raconté la naissance de Litli, les heures à imaginer, les mots à découper, l'idée qui vient à la fin d'une journée, les allers-retours de l'imprimeur au relieur, les enfants qui dorment avec sous l'oreiller.

24716257.jpg
 

Il y avait tant de regards que je ne savais pas où regarder. Tant de questions dans les silences jusqu'aux mots hésitants qui demandent "c'est un livre pour quel âge ?". C'est ma question favorite. Quelqu'un a très bien répondu pour toi. Elle a dit "pour moi Litli c'est de la naissance à toujours". Je n'avais pas de carnet blanc où poser à la hâte tous les mots que j'avais pris au vol, mais cette phrase-là je l'ai retenue. Merci bien. On s'en resservira.

On n'arrivait pas à partir. Tu avais les dix livres empilés dans tes bras. Dix questions - ils sont là.
Sur la route du retour, un pendule aux yeux noirs tournait sur toi qui dort. La radio débattait des utopies. Le meilleur des mondes impossibles. Un peu plus tôt, quelqu'un avait remarqué que des dix livres édités, Litli était le seul sans photographies d'enfant dedans. Elle avait les cheveux courts, Le Parapluie Vert et ça t'apprendra à vivre dans son sac. Elle a dit mais si. Mais si. Y'a un enfant dans Litli.

m.

Commentaires

Au japon, la signature a la main ne se fait pas. On a un sceau, un tampon (en sanscrit je crois)qui represente notre nom.
J'ai demandé le tampon qui représentait "Sève", mon prénom, c'était difficile, et puis ils en ont trouvé un qui voulait dire " le liquide qui nourrit".
Je me suis penché sur la tablette des tampons pour la premiere fois je l'ai regardé, et puis mon regard a rapidement fait le tour des tampons .Mes yeux se sont tout de suite arrété sur un, different des autres, je voyais un personnage qui dansait.
-Celui-ci, je veux celui-ci! que veut dire ce tampon??
-Celui là, c'est le symbole de " l'enfant".
Surprise et rassurée en même temps, j'avais trouvé ma signature.
Oui biensûr il y a un enfant dans "Litli"...

Écrit par : seve | 21 janvier 2009

Tu nous l'envoies ce symbole, ta signature maintenant qu'on la montre aussi ici ?

Et pourquoi pas une signature double ?

L'enfant de sève, la sève de l'enfant venue de l'archipel ?
Si l'enfant danse, grimpe aux échelles, apprend à écouter la voix tremblante de son ancêtre, si l'enfant porte à nouveau cet espoir qui coule en toute sève, promesse d'arbre, racines futures et dans l'arc des branches la vie primitive dans son recommencement.
C'est presque un thème classique en abums jeunesse, et celui qui est au coeur d'Enfin seule.
En choisissant ce nom de seve dont tu signes tes messages - seve plutôt que severine, la petite sève - tu dis la nécessité aussi de livres qui seront nourritures, nourritures terrestres, savoureuses de tant de sève pour irriguer la peau du monde.
Bon retour sur le vieux continent Seve.

Écrit par : Où sont les enfants ? | 21 janvier 2009

Les commentaires sont fermés.