Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 janvier 2009

L'échelle et l'olivier

Le 3 janvier, on a reçu d'une amie cette image, bricolée à partir d'une photographie de Severine Thevenet. Le 3 janvier, on lisait les mots suivants dans un livre recouvert du bleu du ciel.

cartem.jpg

"Ce que je croyais impossible arrive, ce que j'avais prévu n'arrive pas. Ceux que je croyais immuables ne sont plus là. Les sirènes ont regagné les hauts-fonds. Les pirates dérivent sur leurs bateaux fantômes.

(...) Je porte un poème comme un enfant qui n'est pas né. Il attend sans paroles mais en mouvement. Il remue le jour lentement et j'ignore qui il est.

Je ne veux pas te parler de grandes choses, je veux te parler seulement de ce qui est presque invisible. Des respirations, des instants dont la lumière brille secrètement sans jamais se corrompre. Le soleil miroite à la surface des vagues. Les enfants courent sur la plage. Leurs rires, leurs voix, leurs appels traversent l'air. On entend l'eau, l'espace et le temps infini qui se déploient dans leurs cris.

Cela nous fait vivre, même si on l'ignore."

(Catherine Leblanc, Fragments de bleu, Oslo éditions)

________

Alors voilà les voeux qu'on envoie cette année, des étoiles, des échelles, des enfants et de l'invisible. Tout ça dans des livres, ouverts.

m.

Commentaires

des échelles pour grimper tout en haut, cueillir ces fragments de bleu, ces étoiles.
les offrir aux enfants.
tu as raison, les livres, vos livres, ils font ça aussi.
accrocher les étincelles au coin des yeux. nous hisser tout en haut de l'échelle.
et tout recommencer.
encore.

Écrit par : sophie | 06 janvier 2009

décidément quel couple thevenet/leblanc !
Merci de nous offrir ce texte bouleversant.
En l'an 09 CRIONS

Écrit par : taxie | 07 janvier 2009

juste que c'est beau on passe à côté souvent

Écrit par : val | 21 janvier 2009

Les échelles sont des objets très particuliers dans la symbolique des contes. C'est un objet qui a cette fonction de relier la terre au ciel, un "objet marial" comme disent les historiens des religions. Les échelles attirent les enfants, leur regard se métamorphose à chaque échelon, on passe de la contreplongée des westerns à la plongée des grands films russes, un cadre d'où le ciel disparait justement à mesure qu'on y grimpe. Au dernier barreau de l'échelle, autour des visages aimés le cadre devient une matériologie terrestre : sables et boues, les cent couleurs de la terre et la variation des herbes qui remuent. Les échelles servent à refonder "L'intraitable beauté du monde", titre de ce livre essentiel que viennent de publier Edouard Glissant et Patrick Chamoiseau aux edts Galaade.
http://www.paperblog.fr/1487171/edouard-glissant-et-patrick-chamoiseau-l-intraitable-beaute-du-monde-adresse-a-barack-obama-ed-galaade/

Écrit par : Où sont les enfants ? | 21 janvier 2009

sont indispensables chacun des barreaux de l'échelle... un seul vous manque, et tout est éphémère.

Écrit par : sophie | 21 janvier 2009

Les commentaires sont fermés.