Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 octobre 2008

« Quatre heures ! ils ne sont pas venus goûter ! Où sont les enfants ?... »

JGoldberg.jpg
© Jim Goldberg, Polaroïds

« Où sont les enfants ? » Elle surgissait, essoufflée par sa quête constante de mère-chienne trop tendre, tête levée et flairant le vent. Ses bras emmanchés de toile blanche disaient qu'elle venait de pétrir la pâte à galette, ou le pudding saucé d'un brûlant velours de rhum et de confitures. Un grand tablier bleu la ceignait si elle avait lavé la havanaise, et quelquefois elle agitait un étendard de papier jaune craquant, le papier de la boucherie ; c'est qu'elle espérait rassembler, en même temps que ses enfants égaillés, ses chattes vagabondes, affamées de viande crue...

Au cri traditionnel s'ajoutait, sur le même ton d'urgence et de supplication, le rappel de l'heure : « Quatre heures ! ils ne sont pas venus goûter ! Où sont les enfants ?... » « Six heures et demie ! Rentreront-ils dîner ? Où sont les enfants ?... » La jolie voix, et comme je pleurerais de plaisir à l'entendre... Notre seul péché, notre méfait unique était le silence, et une sorte d'évanouissement ; miraculeux. Pour des desseins innocents, pour une liberté qu'on ne nous refusait pas, nous sautions la grille, quittions les chaussures, empruntant pour le retour une échelle inutile, le mur bas d'un voisin. Le flair subtil de la mère inquiète découvrait sur nous l'ail sauvage d'un ravin lointain ou la menthe des marais masqués d'herbe. La poche mouillée d'un des garçons cachait le caleçon qu'il avait emporté aux étangs fiévreux, et la « petite », fendue au genou, pelée au coude, saignait tranquillement sous des emplâtres de toiles d'araignée et de poivre moulu, liés d'herbes rubanées...

Colette. Où sont les enfants ? La maison de Claudine

Commentaires

quel plaisir de relire cette superbe page de Colette ! si vive, si sensuelle, si évocatrice, comme tout ce qu'elle écrit. Colette a été ma première passion d'écrivain, celle qui m'a fait découvrir la force de la littérature.

Pour OSLE aussi, c'est un retour au source. Espérons qu'avec ce texte qui lui a donné son nom, il puisse repartir vers une nouvelle étape

Écrit par : catherine leblanc | 23 octobre 2008

Je sui libraie et j'imerais savoir où en sont les livres de Magali Turquin promis depuis si longtemps ?

Écrit par : Jacques | 05 novembre 2008

Je me sens très "mère-chienne" attendant de savoir si Tiéri Briet va venir jusque dans nos Pyrénées orientales ;-)

Écrit par : laurence kerveno | 10 novembre 2008

Bonjour Laurence.
Bien sûr que je viens.
Plusieurs jours sans internet, tracas des déménagements mais je viens, je connais la route.
Cordialement
Tieri Briet

Écrit par : T. | 13 novembre 2008

A Catherine : Oui ce texte a servi de fétiche, de talisman et même d'ex-voto au tout début d'Où sont les enfants ? Ce qu'il porte d'obstination, ce désir d'échapper propre à l'enfance reste aujourd'hui encore une notion cardinale. Alors à samedi ?

A Jacques : En déménageant à Arles, en changeant de structure, Où sont les enfants ? entend bien continuer les projets déjà lancés. Un nouveau programme de parution sera mis au point en janvier, que nous pourrons vous faire parvenir si vous nous laissez vos coordonnées. Vous en trouverez aussi, bien sûr, le détail au fur et à mesure de ce blog.

Écrit par : Où sont les enfants ? | 25 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.