Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 juillet 2008

Rencontres

chalonsevviolette.jpg

Je voudrais arriver à photographier l'invisible. Elle a dit cette phrase, je m'en souviens, au tout début de l'été dernier. Elle habitait notre maison, derrière la rue avec Yumi, avec le père de Yumi et les enfants - Taïo et Aomi - que Ryuta avait eus avant de la connaître. Nous regardions les photos qu'elle venait de prendre, l'ami Titan en SDF entouré de poussins, avec Kiga la chienne sur le seuil de la vieille cathédrale. Elle continue de photographier, d'approcher l'invisible et parfois, quand on se croise à Paris, elle me montre d'autres images. Depuis six jours on marche la nuit dans les rues d'Arles. C'était la nuit de la photo hier, des images projetées partout dans les rues. Après minuit, face aux photos de l'agence Magnum, au milieu des enfants épuisés elle a seulement dit que la photo était en train de mourir. Je n'étais pas d'accord. J'ai répondu par sms ce matin. Non, pas d'accord, la photo n'est pas encore moribonde.

Les photos de Litli sont partout dans les vitrines d'Harmonia Mundi, la librairie d'Arles. Tout à l'heure, Severine Thevenet viendra signer le livre avec d'autres photographes dont les livres paraissent chez Filigranes : Gilbert Garcin, Isabelle Vaillant, Nicolas Comment et d'autres dont le travail nous montre, sûrement, une petite part d'invisible. C'est à 16 heures, aujourd'hui samedi au 3 rue du Président Wilson, au beau milieu des Rencontres Internationales de la Photographie.

Commentaires

C'est vrai que l'image est partout, envahissante, démultipliée, banalisée car beaucoup de gens photographient partout et tout le temps, surtout depuis l'apparition du numérique, En ce sens il devient très difficile de rendre les photos "visibles", elles sont écrasées, noyées dans la masse, anéanties.,,,

la photo est passée d'une pratique professionnelle, spécialisée, à une pratique grand public. C'est vrai aussi du texte écrit, tout le monde ou presque lit, écrit du texte, journaux, bd, mails etc...Il devient très difficile de faire émerger quelque chose de neuf,

Pourtant, il reste des auteurs, des êtres dont le regard singulier se transmet grâce à leur art.

qu'est qui fait qu'une image se "voie" ? arrête le regard, fait rêver, c'est mystérieux,,,,

quand elle est prise à hauteur de Litli par exemple, tout petit devant l'immensité.

C'est l'interprétation du réel qui compte.

Chaque photo peut être complètement transformée sur un ordinateur, la technique évolue. la prise de vue n'est plus le seul élément, mais en même temps de nouvelles possibilité d'inventer apparaissent. Non, la photo n'est pas morte...

Écrit par : catherine leblanc | 12 juillet 2008

sensible et beau. je suis content d'être passé. merci

Écrit par : objectif-p | 18 juillet 2008

Les commentaires sont fermés.