Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 avril 2008

Un message pour Claire Gros

1006231310.JPG
Le lectorat face au peuple des enfants
 
Presque minuit. En remontant de Perpignan ce matin je suis passé par Toulouse prendre 800 exemplaires de Litli chez le relieur. Les livres sont rangés par cartons de 25 et les amortisseurs de la vieille Laguna touchent maintenant le sol dans les virages. Je les porterai à La Ferrière, chez Littéral demain après la banque s'il y assez de sous. 428 km aller et pareil au retour. En passant par le local d'Où sont les enfants ? il y a un message de Claire Gros sur l'écran : « Comme vous le savez sûrement, cet album a le mérite de susciter la discussion. Mon opinion est que c'est un très bel ouvrage artistique, un livre d'auteur, mais je reste sceptique sur sa capacité à rencontrer son lectorat. » C'est l'argument avec les mots pour mieux tomber des nues. Le mot lectorat déjà je n'ai jamais aimé. Lectorat comme Agrégat de lecteurs, un gros conglomérat d'enfants forcés à lire n'importe quoi avec le bon label et les bons sentiments. Je ne m'énerve pas : Le petit bonhomme suit son chemin et il suffirait qu'il rencontre un seul gamin, rien qu'un seul lecteur pour Litli, un enfant pas prévu avec les yeux silencieux dans les pages et ça suffirait au bonheur. A Saint-Vincent de Tyrosse où j'ai passé deux jours - Le livre dans la ville - j'ai rencontré deux jumeaux. Des enfants de sept ou huit ans et j'ai oublié leurs prénoms. Pas leurs yeux. L'un des deux frères portait un sweat marqué Hawk. Les deux avaient les yeux rivés au livre, le dernier de Litli, des yeux noirs et sérieux, obstinés. C'est celui-là qu'ils voulaient, le dernier Litli. Et les parents - c'est très rare alors je l'écris - les parents n'ont pas discuté le choix des enfants. Ils ont tourné les pages ensemble et dit OK. On le prend. D'habitude c'est l'inverse alors ici je l'écris. Un père, une mère et leurs jumeaux de sept ans est-ce que c'est eux le lectorat ? Claire Gros dirige le site Choisir un livre. Elle est sceptique m'écrit-elle. Est-ce que Litli a la capacité de rencontrer son lectorat ? Je réponds en expliquant, en faisant suivre les premiers articles, celui de Griffon et celui de Citrouille, celui de Gawou et d'Eliabar. Caroline me dit «Te fatigue pas c'est pas la peine.» Le livre qu'a reçu Claire Gros en service de presse, à combien d'enfants l'a-t'elle montré ? Pour de vrai. Je voudrais savoir pour de vrai la rencontre et c'est la seule question, demain je téléphone. Maintenant non c'est la nuit et la musique du Velvet, de 2pac et De La Soul en sourdine. Je charge d'autres cartons dans la voiture, des 8h32, des Amour à gogo et des Prénom Camille. L'amour pour les livres qu'on fabrique est dans le geste des cartons qu'on va caler avec tendresse au fond du coffre, la nuit. Le début du voyage pour les livres orphelins. Je pense au peuple des enfants, au poids massif des Litli à bout de bras et puis Madeline appelle : T'as-lu ce commentaire d'une maman sur le blog de Gawou ? Gawou la libraire. Bien sûr que non, plus le temps de rien lire, 4000 km sur la route en six jours. Alors je lis. Je recopie les mots d'une maman :    « belle rencontre!!
Samedi après midi je flânais dans une librairie (espace culturel du Centre Leclerc de GAP), je cherchais un livre pour mon petit garçon (et un peu pour moi aussi!!) et tout à coup je découvre "Litli": j'ai immédiatement senti un truc particulier sans même l'avoir ouvert. C'est une petite merveille de pureté, les photos sont sublimes et pour ma part ce livre fait directement appel à l'enfant qui est en moi ! Quand je l'ai offert à mon enfant (en lui demandant de me le prêter un peu quand même!!) il est immédiatement rentré dans l'histoire, il a tout observé ! pour lui LITLI rêve et quand il rêve il a plus peur d'aller voir ce qu'il ne connait pas!!et du coup ça l'aide à dormir, il met son livre sous son oreiller depuis samedi soir; mon mari a adoré aussi ,chacun le lie et se l'appropie à sa façon.Pas de doute c'est le plus beau livre pour enfant ( et pour grand !)que je n'ai jamais rencontré!je vais passer le message autour de moi...à quelques personnes qui ont une bonne capacité à faire appel à l'enfant qui est en eux! merci! »

Le message est signé kikou. Sans majuscule. C'est un message pour Claire Gros. Direct au cœur du lectorat.

Commentaires

argh, il FAUT que j'arrête cet ordinateur...

Mais bon je ne peux pas ne pas passer par là, forcément!

Je vois que tu as bien lu le commentaire de kikou, tant mieux!! quand je l'ai découvert tout à l'heure, j'étais toute contente pour toi, pour OSLE, pour Litli.

Écrit par : Gawou | 15 avril 2008

Oui j'ai lu. Demain Caroline lira à son tour. C'est un bonheur d'éditeur les mots de cette maman. Un pur bonheur brutal comme on en a pas si souvent dans sa vie d'acharné. Je cherchais une réponse à Claire Gros. Je tournais mes mots dans ma bouche et j'avais promis de pas trop m'énerver. Alors ces mots oui ça vaut mieux que toutes les tentatives pour s'expliquer. Ils viennent d'un lieu de convergence. Ton blog semble provoquer l'écriture chez ceux qui viennent y lire tes lectures. Il y a des phrases qui incitent au partage.

Écrit par : Où sont les enfants ? | 15 avril 2008

Wahou c'est le plus beau cadeau, touché l enfant de tout âge et que les enfants s'en servent pour ne plus avoir peur.
Je vais mettre cette histoire sur le blog de litli.
Un livre qui aide a dormir, a grandir en douceur, qui est utile.
C'est exactement ce que je voulais. Je crois qu'on a mis du temps mais on
a reussi un beau livre...

Écrit par : Severine Thevenet | 16 avril 2008

Les critiques de Choisir un livre sont connues pour être moralistes, moralistes, moralistes...

Écrit par : Atlantica | 17 avril 2008

Merci de l'info. J'avais des doutes effectivement.

Écrit par : Tieri B. | 18 avril 2008

En passant... vous livrer simplement les impressions de mes enfants suite à la première lecture que je leur ai faite de l'album "Litli Soliquiétude"... Le plus grand (8 ans 1/2) : "C'est vraiment étrange, il est tout petit dans le monde qui est gigantesque à côté de lui... je crois qu'il voudrait devenir grand". Le plus petit (4 ans 1/2) : "Il marche tout seul sur son chemin à lui." "Il est heureux quand il dort dans l'herbe, il est tout bien".
Voilà... ils en ont reparlé ce matin au petit-déjeuner, le plus petit voulait revoir les "images du petit garçon qui s'en va tout seul", le plus grand m'a dit que ce livre "on dirait un peu de la poésie"... Bon chemin à Litli !

Écrit par : Nathalie | 18 avril 2008

Nathalie merci, avec un peu de retard, merci pour le récit que vous faites de leurs lectures d'enfants. Nous recevons presque chaque jour des messages de mamans - où sont les papas ? - racontant la rencontre de leurs enfants avec Litli. Et rien n'est plus touchant pour nous, pour Catherine et Severine quand elles rentreront de voyage, rien n'est plus touchant que ces récits venus de vies quotidiennes.

Écrit par : Où sont les enfants ? | 25 avril 2008

Les commentaires sont fermés.