Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 janvier 2008

Apprendre à attendre

09d32a76a9dfd9c24c2975d8d401dd52.jpg

Quand Venexiana Atlantica nous invite au grand banquet annuel des fantômes, le 20 janvier à 18h30, elle écrit «Cher Tieri Briet, chers enfants d'Où sont les enfants ?»

Quand les enfants d'Où sont les enfants ? s'emparent de l'appareil photo, ils prennent des airs de pirates égarés loin des mers. Ils voudraient faire peur aux oiseaux et aux chiens, conspirer face à la lune loin des adultes. Ils voudraient apprendre à attendre, à prendre le beau et à le raconter.

Et quand Marmande raconte ce que veut dire éditer, il a raison d'insister : « Qu'est-ce qu'un éditeur ? Ou, plus juste, qu'est-ce qu'éditer ? Aimer, partager, plonger, choisir, se faire peur sans avoir peur, n'avoir pas peur de l'argent. Etre ensemble, croire, insister, résister, être aimés ensemble, Christian et Dominique Bourgois, par exemple.»

C'est tout ce qu'on vous souhaite, à vous comme à nous : Aimer, partager, plonger, choisir, se faire peur sans avoir peur, n'avoir pas peur de l'argent. Etre ensemble, croire, insister, résister, être aimés ensemble. Aventurer aussi. A vous comme à nous. 

Commentaires

Allez les pirates ! Hasta la muerte !

Écrit par : Stéphane | 09 janvier 2008

Pirates & fantômes sauveront le monde de la réalité.

Écrit par : Esther Mar | 09 janvier 2008

S'il y a une place dans le bateau, je viens avec vous, qu'importe la destination ...

Écrit par : Géraldine | 09 janvier 2008

Le bateau partira, promesse de capitaine, mais alors ça sera plutôt un radeau.
Départ sur les berges du Céou, qui se jette dans la Dordogne de François Augiéras et jusqu'à l'Atlantique.
Les pirates, les moussaillons, les trafiquants de langues mortes ou vivantes, les chiens perdus et les fantômes seront les bienvenus.
Rendez-vous au prochain équinoxe.

Écrit par : Tieri Briet | 10 janvier 2008

un autre extrait du texte de Marmande qui cite Christian Bourgois, pour consoler Osle de la gestion :

"Toute décision d'édition a un coût. Notre originalité, c'est la manière dont nous apprécions ce coût, c'est-à-dire dont nous apprécions le risque. Trop souvent, dans l'édition, on oppose les vilains qui calculent et les anges passionnés qui publient des livres. Or il n'y a jamais eu un âge d'or de l'édition pendant lequel on n'aurait pas fait de comptes."

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1- href="mailto:0@2">0@2-3232,36-995239,0.html

Écrit par : m. | 10 janvier 2008

Bien Cap'taine, radeau paré, à nous la Dordogne et ses méandres, jusqu'à l'Atlantique, jusqu'aux océans ignorés.

Écrit par : Géraldine | 11 janvier 2008

Les commentaires sont fermés.