Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 décembre 2007

Anabell Guerrero

303dd5f32aaaf62d08a444683b1cd796.jpg

Les Wayus, dont la photographe Anabell Guerrero fait surgir la force à travers ses portraits de femmes, ignorent les frontières. Ils vivent à cheval sur la péninsule de la Guajira colombienne et l’Etat de Zulia au Venezuela, dans la région la plus sèche et la plus aride de la côte caraïbe. Au long des siècles, ils ont défendu leurs droits, leur culture, leur territoire : contre les conquistadores, contre la bourgeoisie créole de l’indépendance, contre les gouvernements qui veulent les assimiler et les transnationales qui entendent les piller.

Organisées des deux côtés de la frontière, les femmes résistent. Malgré la guerre civile qui déchire la Colombie et détruit le tissu social. Malgré les massacres et les déplacements forcés. Ces femmes ont un statut particulier dans cette société organisée autour d’un système de filiation matrilinéaire, dans lequel l’autorité masculine incombe aux oncles maternels. Selon leurs croyances, la mère des Wayus est Iwa, la pluie du printemps... Comme le leur a enseigné l’araignée Welekeru, les femmes tissent les vêtements aux motifs inspirés de la nature qui les entoure. Elles tissent les hamacs des jeunes mariés. Et, avec les cactus du désert, elles tissent les toitures, les barrières des enclos et les murs du cimetière. Elles laissent à leurs aînées le soin de conter les méandres d’une organisation familiale complexe. Leur parole est entendue et respectée, qu’elles soient chamanes ou députées.

 

829abc995278a3f482074a30e3cadc0d.jpg

Anabell Guerrero, née à Caracas, a mené un long travail sur les Wayus, qu’elle a commencé à photographier dès 1998. Depuis 2004, elle vit en « résidence de création » à Evry, où elle travaille notamment sur une œuvre monumentale, Voix du monde, destinée à la place des Droits-de-l’Homme-et-du-Citoyen de la ville, et dont l’artiste présente la préfiguration à la galerie du Théâtre de l’Agora, scène nationale d’Evry et de l’Essonne, du 4 octobre au 10 novembre 2006 (place de l’Agora, 91000 Evry). Parallèlement, Anabell Guerrero vient de publier Totems (textes de Cecira Armitano et Edouard Glissant) et Aux frontières (textes de John Berger, Christian Caujolle, Cecira Armitano), aux éditions Atlantica, Biarritz.

Françoise Escarpit - août 2006

Edouard Glissant - Il n'est frontière qu'on n'outrepasse

Commentaires

merveilleux blog où je n'ai fait que m'aventurer , j'y campe un brin de lecture
L

Écrit par : lam | 02 janvier 2008

Les commentaires sont fermés.