Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 décembre 2007

Trois images de Johan Simen

9d49837c632a98c473f504513d9fdca4.jpg
Johan Simen - Evidence of Things Unseen, 2000
Plusieurs photographes, à commencer par Sarah Moon et jusqu'à Severine Thevenet aujourd'hui, semblent partager cette idée qu'en regardant longtemps un enfant peut distinguer ce que nous, adultes avec des yeux d'adultes, sommes devenus incapables de voir.

 
99d31eb84e32eba0b1da6517db5608a6.jpg
Johan Simen - Evidence of Things Unseen, 2000
Et cette idée me parle, je crois qu'elle ne me quitte plus et en présence d'un enfant, je passe de plus en plus de temps à guetter ce que fixe face à lui son regard immobile. La pupille ne semble pas devoir régler sa vision sur les objets qui l'entourent, mais scrute au contraire l'espace entre les choses, occupée à creuser le vide au devant pour y trouver matière à nourrir les pensées qui en naissent.
c280fde8facb71dcce6156b8f8d53ac2.jpg
Johan Simen - Evidence of Things Unseen, 2000

Et ce regard perdu, fixé trop longtemps sur le vide, semble gêner nombre d'adultes qui l'associent d'emblée, dans leurs remontrances et leurs plaintes, aux pensées dangereuses, nocives pour son avenir, d'un gamin occupé à rêver.

Commentaires

Un enfant qu'on croit sourd est capable dentendre une musique à l'intérieur du bruit qui l'entoure On dirait qu'ils écoutent le silence, de la meme maniere qu ils peuvent regarder l'invisible.

Écrit par : Laure Boulanger | 24 décembre 2007

C'est sûr que c'est vrai. Je le sais depui longtemps. Un jour notre chatte était coincée dans un tuyau d'un chantier à coté de chez nous. Et ma fille, dans sa chambre me la dit. Depuis je fais attention à ce qu'elle dit si elle a encore les yeux dans le vide, pareil que pour le chat, et ça arrive.

Écrit par : janny | 25 décembre 2007

Vous allez faire un livre sur cette question ?

Écrit par : Monik Leens | 25 décembre 2007

Un livre sur l'invisible ? Peut-être que oui. Que c'est une idée qui pourrait bien prendre forme, oui.

Écrit par : Tieri | 25 décembre 2007

Certains adultes sont beaux comme les enfants que vous décrivez. Certains enfants sont arrogants, cassants, fermés à tout rêve, à toute générosité.
A trop s'accrocher à l'image d'une enfance pure, non souillée, on en fait une race différente, à la manière dont certains missionnaires voyaient les Indiens comme des êtres innocents, pas atteints par le péché originel.
Or nous sommes tous de la même poussière, de la même eau. L'enfance est en chaque adulte, mais l'être-adulte est en chaque enfant aussi.
La sensibilité, la cruauté, la vulgarité, l'amour, sont des choix intérieurs que peut faire chaque être humain, enfant ou adulte.

Écrit par : Axel RANDERS | 26 décembre 2007

On est d'accord. Mais l'enfance est encore l'âge des possibles, le temps des chemins qui bifurquent. L'enfant fermé aux rêves n'est pas assez blindé, et une rencontre, un évenement pourra briser la coquille stérile, provoquer un saisissement capable de déclencher une métamorphose assez profonde pour le dévoyer suffisamment. En tout cas, c'est une croyance dont je ne me défais pas.

Écrit par : Tieri | 28 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.