Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 novembre 2007

Les enfants sont des gens importants

43d0c1122659ebd497155e1f9613e41d.jpg

 Couverture de Litli soliquiétude

Marion est à Montreuil. Seule en voiture, le coffre bourré de livres avec un plan ridicule pour arriver là-bas sans se perdre. Montreuil en métro n'a rien à voir avec Montreuil en voiture. En plus il y a le ciel, les feux rouges et les camions qui viennent livrer au milieu du passage.

Alors hier on a acheté un diable à Montauban. Pour arrêter de se casser le dos à chaque salon, on avait pris la décision en revenant de Toulouse. Depuis le début d'Où sont les enfants?, j'ai cette idée en tête qu'un jour on aura un vrai diable. Et qu'à partir de là on pourra jouer dans la catégorie des pros. On l'a choisi dans un magasin-labyrinthe pas loin de l'autoroute, un diable pliable avec lequel on bouge 80 kg de littérature jeunesse d'un coup d'épaules.

Mais à Toulouse rien n'était simple. On a décidé d'y aller avec Laure Duchaussoy, pour comprendre un peu comment on allait le fabriquer ce dixième livre. Un livre un peu plus compliqué, pas habituel si bien que les imprimeurs s'y arrachent encore les cheveux. Et les façonneurs sont comme les imprimeurs, la même famille, toujours logés autour d'une zone industrielle impossible à trouver. Monsieur Ruiz a pris le temps et nous a expliqué la technique, le ruban et la dorure. Une seule couleur pour tout écrire, sinon c'est les devis qui explosent. 
 
Ne reste plus qu'à trouver les derniers mots, ceux qu'on écrit au dos du livre, pour vous donner l'envie d'ouvrir quand même un peu les pages. On a essayé plein de phrases, mais l'intérieur en a si peu qu'en rajouter une à la fin c'est difficile. Presque impossible. Vingt fois qu'on la réécrit, vingt fois qu'on la rature. Catherine et Severine n'en peuvent plus de l'attendre, ce livre avec cette phrase entre leurs mains. Et cette impatience je peux la comprendre. Dix livres et dix fois j'ai perdu le sommeil moi aussi.  
 
A Montreuil on sera au stand GM3, avec Tertium-éditions. Merci à Mireille Veyssière d'avoir partagé son espace avec nous.
 
e19d892422b4cea7c0905aa84b5798d6.jpg
 
  Litli soliquiétude - Severine Thevenet, Catherine Leblanc
 

 

Commentaires

là où commence le bleu...
rien que ça, ça m'donne envie !

Écrit par : sophiegda | 27 novembre 2007

Oui, ça donne des envies de rire et de pleurer de tourner doucement chaque page pour ne jamais arriver.
Je crois, là maintenant que j'aimerais que l'on me prete cette phrase pour que je puisse écrire. Ce livre, avec ce petit personnage et cette couverture enigmatique donne vraiment envie, d'ouvir, de lire, de partager... Vite Monsieur l'imprimeur, vite et bien surtout, surtout...
J'espère vous voir ce jour au salon...

Écrit par : Magali | 02 décembre 2007

Merci à Où sont les enfants de nous rappeler que les fous et les enfants ont raison : le rêve existe bien plus que le réel.
Esther Mar

Écrit par : esther | 02 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.