Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 septembre 2007

La ville des photographes

0109f78d1770fee171d665c7f7c6db0a.jpg

© Marcella Barbieri - Sans titre, 2007

Pour avancer les livres il faut aussi des voyages. Aller-retour à Paris pour rencontrer plusieurs photographes. Premier rendez-vous tôt le matin rue du poteau, près de la mairie du XVIIIème avec Marcella Barbieri. On a trouvé un texte très proche de ses images, un texte nocturne et aussi dense qu'un poème, écrit par Cathy Dutruch pendant l'été : "Et si moi je veux la lune ?" Une histoire qui raconte aux enfants cette exigence oubliée, piétinée au milieu de ce grand refoulement autoritariste qu'on traverse : Soyons réalistes, demandons l'impossible ! La littérature jeunesse pourrait aussi devenir l'un des derniers refuges d'utopies. Des utopies concrètes pour organiser la survie d'un imaginaire encore libre, dégagé, obstiné.
 
a955040f2c117b0148bcc830c5243215.jpg
 © Dialogue de l'image - Autoportrait de Valentin
 
A deux rues de là habitent Christine et Léa Talabard, deux des responsables de l'association Dialogues de l'image. C'est Isabelle Dubois, stagiaire à Où sont les enfants ? cet été, qui a imaginé un livre à partir du travail fabuleux que mène l'association depuis 1991. Pour redonner confiance à des enfants ou à de jeunes exclus, elle les initie à une pratique artistique très concrète, celle de la camera oscura ou du sténopé. C'est avec cet appareil photo primitif, bricolé dans une boite en métal qu'ils vont apprendre à montrer ce qu'ils voient, eux, de la ville où ils vivent, de Marseille à Beyrouth, de Naples à Alexandrie.
 
ffdd89d55bd81df2be58cca81c9f22ff.jpg
 © Tendance Floue - Olivier Culmann
Zéphir, Lune et Mélusine - Sunset Ranch,
Mecca, Californie, 14.IV.2007 
 
Dernier rendez-vous avec le monde de la photo à Montreuil, dans un local où viennent travailler les photographes de Tendance Floue. Le lieu ressemble à une immense salle de rédaction, en plus calme. On dirait qu'ici le travail consiste avant tout à regarder des images. Sur écrans ou planches contact, les yeux rivés. Et le regard est souvent plus juste d'avoir lieu en silence. Là aussi, à parler avec Clémentine Semeria, à consulter leurs archives on sent qu'il y a des livres à inventer. Des livres destinés aux enfants, capables de la même intensité que leurs derniers ouvrages, Made in China ou Sommes-nous ?, ce livre fabuleux qu'il faut montrer et retenir. 

Les commentaires sont fermés.