Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 septembre 2007

Conditionner les enfants

0bb1494af556314f2a6c8393864260a7.jpg
© Thierry Ardouin, Tendance floue.
Manifestation de soutien aux sans-papiers, 31 mars 2007.


Le système contemporain, par défiance, par cynisme, par sa logique propre surtout, bannit l’exubérance de la vie hors de ses rouages. Son efficacité est fondée sur la reproduction à l’identique de mécanismes stériles mais exacts, de programmes sinistres mais disciplinés. Ces machines et ces organisations portent en elles la ruine de ce qui veut vivre. Inversement : la vie est une provocation continuelle à détruire ce qui prétend lui imposer des normes. Le foisonnement désordonné et irrépressible qui la caractérise est une menace insoutenable pour ce monde.

La lutte est ouverte depuis longtemps maintenant, entre les êtres humains et une entité autre, non vivante, de l’ordre du système total. Appelons-la la « Mégamachine ». Nombreux sont ceux qui sont passés à son service. Ils veulent nous persuader que notre salut se trouve dans notre acceptation de ses normes, que cette acceptation ne serait pas soumission, mais libération.

Ces adorateurs de l’ordre non vivant prétendent nous faire endosser leur perspective réaliste d’acceptation du système. Pour cela, l’idéologie qui postule la nécessité du travail joue le rôle central. L’un de ses principaux objectifs actuels est de conditionner au travail ce qui, dans l’humanité, représente la part de vie la plus exubérante : les enfants.

Philippe Godard. L'exubérance de la vie.
Lire la suite. Extrait de Au travail les enfants !
Préface de Raoul Vaneigem. Edts Homnisphères. Collection Expression directe.

Commentaires

"dans quel camp tu es ?"

"dans celui des gens en colère.
pas dans celui de ceux qui se font plaisir."

Bélaye, 19 août 2007.
continue ta propagande.
emmène-la jusqu'à montreuil, aussi.

Écrit par : madeline | 01 septembre 2007

Prenez le temps.
Et puis vous raconterez.
C'est votre regard de photographe qui compte à nos yeux.

Écrit par : Tieri | 01 septembre 2007

premier regard chez vous ... prendre le temps de vous lire !

Écrit par : véronique | 01 septembre 2007

Les commentaires sont fermés.