Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 mai 2007

La vie des livres loin d'ici

medium_Tereklisant8h32.jpg

© Alejandro Martinez, Terek lisant 8h32, 6 mai 2007

 

8h32 circule. Et vers 13h45, juste avant la levée du courrier, nous en portons un plein cabas jusqu'à la Poste de Labastide-Murat. Il y a dedans les services de presse et les premières commandes des librairies. Le cœur bat, on emballe 8h32 dans du papier bulle, du carton double épaisseur et du papier craft par dessus. Les mains sont pleines de scotch mais la solidité du paquet, c'est important. Frédéric Tamain, le libraire de L'herbe des talus à Dijon nous a expliqué ça un jour. Il a raison. Empaqueter avec amour, parce que dedans ce sont nos livres qui s'en vont vivre leur vie. Marion est devenue experte et il est arrivé que les libraires nous félicitent de l'emballage. Elle peut être fière, Marion. Parfois aussi on reçoit un message, un article et on se dit que c'est ça, la vie que les livres partent vivre loin d'ici... Danny Barthélémy, l'une des organisatrices de la Fête du Livre jeunesse dans l'Hérault, est la première à nous avoir écrit et ce qu'elle souligne, à la fin de son message, est quelque chose qu'on n'aurait pas pensé à mettre en avant : " ... En plus, j'aime bien les histoires qui finissent sur l'amour... c'est tellement important dans la vie : il faut le dire aux enfants." Elle a raison Danny. Dire aux enfants l'importance de l'amour. Presque une idée pour un album à venir. Le premier article sur 8h32, c'est Madeline Roth qui l'a écrit pour Citrouille. Et ses articles ressemblent aux chroniques qu'elle fait chaque semaine sur le blog des librairies jeunesse, des chroniques où l'air de rien, l'art du récit fait passer quelque chose qu'on ne trouve, d'habitude, qu'à l'intérieur de ces livres métis qu'on appelle des romans. Elle écrit : " Le dernier album publié par Où sont les enfants? est arrivé à la librairie un samedi d’avril, à 9h28, alors que l’on ne l’attendait plus. Et peut-être qu’un jour je vous raconterai cette histoire toute particulière. 8h32, c’est l’heure exacte à laquelle le temps s’arrête, suspend son vol, on cligne des yeux, et voilà ce qu’on a vu. On pense parfois que la poésie (parce que le texte de Stéphane Servant est un vrai poème), c’est bien trop vivant pour se figer sur des pages, on pense parfois que ce qu’on a sous les yeux ferait une photo magnifique mais on ne la prend pas. On a tort. Stéphane Servant, Alice Sidoli et Laure Bex ont composé un album qui, le temps de cette fameuse minute, dit la vie à travers les yeux d’un enfant. On avance dans le texte comme sur la pointe des pieds. Les photographies d’Alice Sidoli éclatent de couleurs. Et la mise en page de Laure Bex est incroyablement habile, elle permet l’exacte rencontre entre les mots et l’image, elle fond le texte dans l’image. 8h32 réussit quelque chose d’étonnant : pour dire le temps qui passe dans la tête d’un enfant, les mots, comme les photos, disent ce qui s’envole, ce qui s’échappe, ce qui court, ce qui bouge. C’est un album extrêmement vivant, où les photos, à l’inverse des imagiers, ne figent rien. Le temps d’une minute, un enfant naît et quelqu’un s’en va, les avions passent et les fleurs s’ouvrent, et l’enfant qui s’ennuyait peut décider de changer le monde." Merci à toi Madeline d'écrire comme tu écris.

Les commentaires sont fermés.