Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 janvier 2007

Parce qu'ils sont encore des enfants (Correspondance)

medium_tsiganes.2.jpg
©Mathieu Pernot

Pas d'inquiétude, ce n'est qu'une tentative de vœux.
Rien de grave. Petit rituel du bonheur clandestin.
Mais si nos vies changeaient vraiment de chemin tout en changeant d'année ?
La Roumanie et la Bulgarie viennent de rallier l'Europe. Et après tout, si la vieille europe est un foutoir, on peut s'y sentir foutrement bien, et plus on est de fous plus ça rigole, plus ça gueule dans toutes les langues, plus ça prie dans toutes les religions, plus ça compte avec d'anciennes monnaies déjà mortes et fantômes, plus ça réinvente d'autres langues métissées & mal foutues pour continuer d'inventer une littérature que personne n'avait prévu, et plus ça fout le bordel dans les frontières et les flux migratoires. Tant mieux. Mais l'important, je le dis comme je pense, c'est bien la place qu'on va laisser aux Roms. Petit peuple mal vu. Les Roms sont une nation sans pays. Un peuple sans terre et qui n'en veut surtout pas. Alors les Roms on quelque chose d'important à nous apprendre. Quelque chose d'inouï, d'inoubliable. Il faut les écouter chanter quand ils enterrent les morts des pogroms. Ils ne crient pas vengeance, ils continuent la vie, c'est à dire inventer le voyage, la traversée. Tant mieux pour nous. Moi l'europe j'en veux encore, encore plus si l'europe est le seul coin du monde où l'on invente un lieu de passage aux fils du vent là-bas, et si ensuite on est capables de libérer du même coup les enfants par ici. Les enfants d'ici sont des prisonniers politiques. Ne l'oublions pas. Prisonniers d'une réalité pathogène, d'un monde adulte et vieillissant. Alors oui laissons leur le passage. C'est notre vœu le plus sincère.
Tieri Briet, éditeur de livres gitans pour les enfants de Schengen.

medium_02sia-pc-tobogan-16.jpgEt si, dans nos premiers jours de 2007, chacun de nous plantait un arbre, dans une terre sans frontières, avec pour seule ambition de l'aider à grandir et de le voir accueillir, non pas des cadeaux, mais des feuilles d'écriture portant les noms de ceux que l'on aime, parents, enfants, amis, frères, soeurs ? Et si chaque bourgeon devenait un mot, un autre nom, une invitation à la vie, un instant d'attention, un mouvement vers ceux qui attendent qu'on reconnaisse leur existence ? Ceux qui sont perpétuellement intermittents des réalités qui les entourent, ceux qui fuient sur des barques lorsque la nuit tombe, ceux que l'on ne connaît pas encore mais qu'il faudrait que l'on puisse rencontrer, ceux qui souffrent de notre manque de vigilance et de nos excès d'individualisme, ceux qui sont derrière des barreaux symboliques, virtuels ou réels, ceux qui se cachent au fond des forêts sombres, ceux qui n'osent plus regarder quelqu'un droit dans les yeux, et ceux qui parce qu'ils sont encore des enfants, regarderaient cette plantation comme un espoir, un élan qui les aiderait peut-être à avoir envie de grimper encore plus haut, jusqu'à ce qu'ils trouvent enfin un ciel sans trop de nuages...
Maryvette Balcou

medium_Epouvantail.jpg
©Mouloud Akkouche - Epouvantail à Soulomès -
Pour éloigner les oiseaux de mauvais augure.

Ce que tu écris sur les roms me fait penser aux textes de Panait Istrati... Je partage complètement ce que que tu écris et me permets d'ajouter: '' Les corps des adultes sont souvent trop étroits pour contenir leurs rêves d'enfant ''....
Amitiés.
Mouloud Akkouche

medium_Enfant-Rom-E.Blanchet.jpg
© Elisabeth Blanchet

Merci à toi, ton message me touche profondément, ayant toujours eu de très fortes affinités avec les fils du vent, les tziganes et les indiens sont mes compagnons d'enfance justement et sans doute aussi mes guides encore aujourd'hui.
Restons libres pour créer des réactions sans chaînes...
"Lis des livres et délivre"
Cathy Garcia - Revue Nouveaux Délits

Des voeux de bonheur, vous avez raison. Ça c'est grave. Et ça fout la trouille. Ça fige les gens, ça les enterre vivants.
Mais une tentative, c'est léger, joyeux, un peu anarchique et inattendu. Et c'est tout ce que j'aime !
Alors très bonne tentative d'année 2007 et à bientôt.
Muriele Charlet-Dreyfus
medium_tom-en-bateau.jpg
©Stéphanie Quitté

Commentaires

Les Roms traversent une période bien noire. Qu'il s'agisse des communautés parquées dans les terrains vagues en banlieue française, ou des frères harcelés dans les villages de Roumanie, le destin de notre peuple ressemble encore et toujours à un martyr. L'appartenance à l'europe est un espoir, et l'ONU a reconnu la communauté Rom. A quand un de vos livres sur ces enfants dont l'école ne veut pas, trop différents, criminalisés avant d'avoir bougé le petit doigt. Il faut raconter ça aux enfants d'ici, comme Henri Bosco dans l'Enfant et la rivière.

Écrit par : Matteo Cazcarra | 04 janvier 2007

Bonjour à vous.
On travaille à un livre sur les écoles itinérantes, crées pour les enfants du voyage. On travaille sur le texte, les prises de vues doivent avoir lieu tout au long d'une année scolaire. C'est un long travail. Mais on ne désespère pas, et le livre est prévu pour 2008.

Écrit par : Antonin & Tieri | 04 janvier 2007

Meilleurs voeux à vous aussi et à votre maison d'édition. Jem'intéresse à votre travail et vait régulièrement sur votre site.
Je suis sans eux lecteur curieux et passionné et votre
démarche ne peut pas laisser indifférenT; Certaines photos de vos livres me bouleversent. CONTINUEZ... et continuez aussi de me tenir informé, je suis aussi très bavard et ne fais pas partie de ces libraires qui comptent sans cesse leurs sous, j'aime beaucoup parler bouquins avec libraires et bibliothécaires actifs dans la profession...
@+
fabrice

Écrit par : Fabrice | 05 janvier 2007

Je suis d'accord avec vous. Je reconnais aussi dans votre message votre âme de Rom, de voyageur, avec votre baluchon sur les routes de France. je vous souhaite une belle année, avec toujours autant de passion.

Amitié

Cath

Écrit par : Catherine Leblanc | 05 janvier 2007

j'en v(o)eux plein des tentatives comme celle-là.
il fait froid, je ne m'habitue décidément pas au café sans
sucre, j'essaie de mettre des mots sur des livres alors que
je voudrais les garder rien que pour moi, sans forcément
toujours chercher les slogans pour les vendre...
alors voilà, ta tentative était la bienvenue.
belle année.
madeline

Écrit par : Madeline | 05 janvier 2007

Les commentaires sont fermés.