Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 décembre 2006

En revenant de Montreuil

medium_lPACnet.jpg


Nous sommes lents. Et c'est une façon de travailler qui nous ressemble. Si nous avons découvert, à Montreuil, nombre de photographes passionnants venus nous montrer leurs images, il nous a fallu du temps ensuite pour repenser aux univers ainsi arpentés. Pour imaginer le commencement d'un livre possible à partir d'images qui surgissaient. Comme ces photographies d'Odile PASCAL, jeune photographe venue du sud avec des images où résonnent la peinture et l'univers mental des contes. En découvrant ses recherches et celles de quelques autres, nous avons pu renforcer cette intuition que la photographie avait bien de véritables histoires à raconter aux enfants.

medium_grimp.jpg


Odile PASCAL pratique une magie sombre pour rendre compte d'une vision où le récit vient fonctionner en écho. C'est trouble et attirant. Précis et pictural, avec une invention dans l'usage des couleurs et la diffraction des lumières qui n'est pas sans rappeler la technique du glacis qu'utilisaient certains peintres à l'huile comme Le Tintoret à Venise ou Rembrandt à Leyden. Alors ça nous passionne, ça se mélange aussi avec les livres en chantier. Nous ne résistons pas à l'envie d'en montrer quelques images. Pour le plaisir et pour la gourmandise.

medium_poucet.2.jpg
© Odile Pascal

Commentaires

je passais par là,et les photos d'odile pascal,merveilleuses ,m'ont donné envie d'écrire...

ANA SOUS LA MER(e).



Quand je mange, tes clapotis de langue chatouillent mes oreilles…..

Et je dors, dans un édredon de plumes d’eau…

Si je ris, tu te retournes dans mon lit.
Je suis un champ d’amour.

Quand je bouge, tu prends un air de mappemonde.
J’adore ta rondeur, mon petit matin.

Quand je rêve, tu t’agrandis, tu t’affoles, tu fais la paix dans le monde….
Ma douce espérance,
Je déplie mes doigts, dans ta lumière orange…

Je suis ton plongeur d’amour à tout prix
Eternité, corail, éponge de tes nuits.

Etoile de mère, où as-tu appris ?
A frôler le bonheur,
L’enfance,
Les algues et les mots doux……

Et je dors, tout est au futur, tu es ma planète.
Tout tourne autour de toi,
Et de moi, ma présente.

Je te goûte, sous l’eau de ta vie,
Sel de mère, de toutes les envies…..

Et je vis,

Le merveilleux matin…de ma naissance.

Catherine

Écrit par : catherine | 15 décembre 2006

Les commentaires sont fermés.