Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 mai 2006

Lettre d'enfant

medium_evacuation_squat_afp.2.jpg
expulsion rue de la Fraternité,
Paris, 2 sept 2005 © AFP

"Alex Babaian
Hôtel "Patio des Terreaux"
9, rue Ste Catherine
69001 Lyon


Monsieur,

Je m'appelle Alex et j'ai 10 ans. Il y a presque 4 ans, ma maman, mon petit frère et moi, avons dû quitter l'Azerbaïdjian pour fuir, d'une part, la persécution dont sont victimes les Arméniens et, d'autre part, fuir notre père très violent qui battait ma maman et ne s'occupait pas de nous.

Après être passés par la Russie et l'Allemagne, nous sommes arrivés en novembre 2005 en France.

Avec mon petit frère, nous allons à l'école à Lyon 1er, nous commençons à bien parler le français (nous parlons d'ailleurs couramment le russe et l'allemand). Nous aimons beaucoup la France et nous rêvons d'un avenir dans ce pays. Vous qui avez des enfants vous comprenez sans doute nos peurs et nos inquiétudes.

Malheureusement, la Préfecture a décidé de nous expulser via l'Allemagne. Je ne sais pas quoi faire. Je me sens surtout responsable de ma familie, en tant qu'aîné, mais que faire à mon âge ? C'est pour cela que je vous écris, pour vous demander votre aide en urgence puisque la Préfecture va décider de notre sort.
S'il vous plaît, aidez-nous, nous voulons enfin avoir ce qu'ont la plupart des enfants de notre âge : une vie stable et un avenir plus sûr, ne pas changer sans arrêt de pays et surtout pas retourner en Azerbaïdjan, ce qui serait vraiment dangereux pour nous en tant qu'Arméniens, vu la situation politique actuelle !
Merci d'avoir pris un peu de temps pour lire ces lignes, s'il vous plaît faites quelque chose pour nous... nous sommes dans une situation désespérée.
Au revoir
Alex Babaian"

Cette lettre a été écrite par un enfant de dix ans, réfugié à Lyon.
Nous recopions ici le communiqué du Réseau Education Sans Frontière de Lyon :

Depuis le 2O avril, une mère et ses deux enfants Alex et David devraient avoir quitté le pays. Ils ont deux fois échappé à une arrestation à leur domicile, la police voulant embarquer toute la famille et un des enfants étant heureusement absent. Le 20 avril, la famille était convoquée pour le départ à l’aéroport.
Ils sont aujourd’hui sous la protection du milieu scolaire, enseignants, parents d’élèves et du quartier. Des personnalités lyonnaises ou nationales se sont proposées pour les protéger.
Les deux enfants, Alex 10 ans et David 7 ans, sont scolarisés à l’école Victor Hugo, dans le 1er arrondissement, depuis leur arrivée en novembre 2005.
Ils ont fui l’Azerbaidjan, en 1999, avec leur mère victime de persécutions liées à son origine arménienne (guerre Azerbaïdjan-Arménie de 1988 et persécutions contre les Arméniens). Ils se sont réfugiés tout d’abord en Russie mais les discriminations ont continué. Ils ont rejoint alors l’Allemagne, en 2003, pays où ils ont vécu près de trois ans mais où la mère a été déboutée de sa demande d’asile. Retour bref en Russie où en raison d’un climat d’insécurité constant elle est venue à Lyon avec ses deux fils en novembre 2005. De plus cette mère est poursuivie par son ancien compagnon, père de ses enfants, qui l’a violemment maltraitée.
C’est donc à la suite d’une longue histoire que Alex, David et leur mère se sont retrouvés en France où ils espèrent trouver enfin la sécurité. David est parti quand il était un nourrisson et son frère n’avait que trois ans.


La préfecture s’appuie sur un accord dit de Dublin II entre les pays de l’espace Schengen pour demander l’expulsion de cette famille. Nous demandons qu’on laisse un peu souffler ces gamins et leur mère plutôt que de se les renvoyer d’un pays à l’autre. Nous demandons que leur demande d’asile soit examinée en France. Est-ce si inimaginable ?


Mercredi 10 mai à la conférence de presse, des représentants du collectif de soutien seront là pour expliquer leur décision de s’engager aux côtés de cette famille.

Pour le Réseau Education Sans Frontières Catherine Tourier

D'autres infos sont consultables sur un blog créé pour soutenir la famille Babaïan : http:/aleketdavid.blog.20minutes.fr

16:45 Publié dans Alter-enfance | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : enfants

Commentaires

Et ça, aucun album jeunesse n'en parle.
Dommage ! Je suis sûr que ça les intéresse, les enfants, de voir comment on traite ici les enfants nés ailleurs.

Écrit par : Wilfried Allau | 09 mai 2006

Comme a pu le dire hier F. Fillon sur France Inter à propos de l'application des lois Sarkozy : les hommes politiques ne sont pas là pour faire du sentiment.

Décidément, au pays du cynisme, les sentiments sont devenus aussi obsolètes et désuets que des jouets d'enfants...

Écrit par : Esteban | 10 mai 2006

Les commentaires sont fermés.