Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 février 2006

Récit des origines



Notre marchand de journaux lit les journaux qu'il tente de vendre, et c'est pour ça qu'on l'aime. C'est lui qui nous a montré l'article de Village magazine sur Où sont les enfants ? C'est un article qu'on aime bien parce qu'il fait le récit des origines. Alors on le recopie ici. Histoire de savoir comment tout ce bazar a commencé....

C’est dans la « Grange aux livres », à l’écart d’un village du Lot où il n’y a ni librairie, ni bibliothèque que sont nées les éditions « Où sont les enfants ? ». Dans cet endroit, les enfants du village viennent s’initier à la lecture. À l’été 99, une dizaine d’entre eux décide d’écrire et de tourner un film. Ils demandent de l’aide, les bonnes volontés du village sont mobilisées… et les enfants écrivent les scènes, font tourner leurs parents et amis, jusqu’à la projection du film à la fin de l’été.

Deux associations sont alors créées, « Où sont les enfants » et « Tête de Môme », qui fonctionnent comme une bibliothèque de rue au milieu du désert rural, deux autres films d’enfants sont produits, et des ateliers de lecture et d’écriture organisés. C’est suite à ces expériences enrichissantes que naissent les éditions « Où sont les enfants ? » fin 2004. Le projet éditorial en est simple : inventer des albums fiction jeunesse, sortes de romans photo, uniquement illustrés par la photographie, proposer des images d’une intensité qui s’accorde à la culture des enfants d’aujourd’hui. Les trois fondateurs d’« Où sont les enfants » ont des parcours atypiques et frontaliers. Si Michèle Leydet vient du graphisme de presse et de la photographie publicitaire, Antonin Quetal est un conteur-voyageur au long cours et Tieri Briet, un artiste plasticien autant qu’un scénariste pour la télévision et le cinéma. À partir d’histoires originales, il s’agit de mettre en œuvre les prises de vues, un peu à la manière d’un tournage, en repérant les décors et en distribuant les rôles principaux aux enfants. C’est donc aussi une autre façon de concevoir des livres jeunesse. La jeune société revendique son implantation rurale comme un atout qui lui permet une liberté d’action pour la constitution des décors, ainsi que de forts échanges avec la population locale. Un agriculteur a par exemple prêté son champ afin qu’une favela y soit reconstituée. Autre particularité : un comité de lecture composé d’enfants de 5 à 11 ans est mobilisé pour chaque nouvel ouvrage. Totalement indépendante, la maison d’éditions démarche elle-même diffuseurs et libraires afin d’assurer la diffusion de ses publications, professant à qui veut l’entendre que puisque « les enfants regardent le monde, offrons leur des livres qui ne baissent pas les yeux… ». 

Quatre ouvrages viennent de paraître aux éditions « Où sont les enfants ? » : Disparue, d’Antonin Quetal et Béatrice Utrilla, La Nef des fous, de L’Oboubambulle et du Groupe Z, Petite Brouette de survie, de Tieri Briet et Alejandro Martinez, Histoire à dormir debout, de Maryvette Balcou et Chrystelle Aguilar.

Les commentaires sont fermés.