Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 décembre 2005

L'ensauvagement des enfants



Dans l'europe vieillissante, celle de Schengen et de l'OCDE, les enfants semblent subir cette vieillesse de corps et d'esprit qui partout se répand. Une baisse d'intensité, un imaginaire de plus en plus fade que la littérature jeunesse engendre comme une épidémie. Des enfants appellent au secours, refusant d'approcher même un livre qu'ils devinent comme un piège. Et nous ne comprenons pas leur refus, cet instinct qui leur dicte de ne pas y mettre les yeux. Plus à l'Est comme au Sud, des enfants perdus traversent nos frontières en refusant de partager la vie d'esclave et d'ennui que leurs parents réitèrent tous les jours. Dans leur refus il y a une alerte à la mort, une tentative d'échappée.
Il faudra inventer d'autres livres.

"Notre turbulence étrange ne s'accompagnait d'aucun cri.
Je ne crois pas qu'on ait vu enfants plus remuants et plus silencieux. Car, espiègles, aimant la solitude et la paix, garçons et filles se cachent à qui mieux mieux, dans un arbre, sur un toit d'un appentis, ou dans un grenier à foin."
(Colette - La Maison de Claudine, Ch. 1 : Où sont les enfants ?)

10:30 Publié dans Propaganda | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.